Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Pape François : Tout ce qui est techniquement possible n’est pas forcément « éthiquement acceptable »

© DR
Partager

Le pape François s’est exprimé ce 28 avril devant les 700 participants à la quatrième conférence sur la médecine régénérative. L’occasion pour le souverain pontife de rappeler que dans la recherche médicale, tout ce qui est techniquement possible n’est pas nécessairement « éthiquement acceptable ».

L’un des « principes fondamentaux » de la recherche médicale est que tout ce qui est techniquement possible, « n’est pas éthiquement acceptable », a déclaré le pape François aux 700 participants de la 4e conférence sur la médecine régénérative. Le pontife les a reçu ce 28 avril 2018 dans la salle Paul VI au Vatican en présence du cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture.

Les recherches scientifiques ont permis la découverte et la diffusion de nouveaux traitements, a salué le pape François. Il a notamment rappelé les avancées significatives dans le « délicat problème » posé par les maladies rares, auto-immunes ou neurodégénératives.

Ainsi la connaissance progresse au même rythme que les moyens et les technologies à disposition, a souligné le pape, permettant même désormais de modifier notre ADN. Dans ce contexte, il devient donc « crucial » qu’augmente aussi notre « conscience de la responsabilité éthique ».

L’Église, a-t-il affirmé, « loue » les efforts de recherche et d’application destinés au soin des personnes souffrantes. Elle rappelle toutefois que « l’un des principes fondamentaux » est que « tout ce qui est techniquement possible n’est pas éthiquement acceptable ». Les sciences, comme toute activité, doivent respecter certaines limites pour le bien même de l’humanité : la vraie mesure du progrès, a déclaré le pape François citant le bienheureux Paul VI, est « le bien de chaque homme et de tout l’homme ».

Dans cette optique, il faut réfléchir à la santé humaine dans « un contexte plus large ». En la considérant en rapport avec la recherche scientifique, mais aussi avec son environnement. Dans ce processus, le successeur de Pierre a demandé d’inclure en priorité ceux dont les difficultés sociales et culturelles rendent leur état de santé et leur accès aux soins « précaires ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]