Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces expressions qui ont une origine biblique : « Une période de vaches maigres »

COW SKINNY
By rasika108 | Shutterstock
Partager

Découvrez ces expressions que nous utilisons depuis notre plus jeune âge. Certaines ont tellement imprégné notre culture qu’on ne soupçonne pas qu’elles puissent avoir une origine biblique.

Une période de vaches maigres

L’origine de cette expression, qui désigne une période de difficultés, de privation, remonte à la Genèse avec l’histoire pleine d’aventures et de rebondissements de Joseph, fils de Jacob (lui-même fils d’Isaac et petit-fils d’Abraham). Le jeune homme est le préféré de son père, ce qui lui attire la jalousie de ses demi-frères plus âgés. Joseph a le don de pouvoir interpréter les rêves, ses frères le surnomment d’ailleurs avec ironie l’expert en songes (Gn 37, 19) et ses interprétations excitent encore plus leur animosité car elles lui prédisent un grand destin.

Un jour, ils décident de se débarrasser de lui en le vendant comme esclave à des marchands égyptiens et le font passer pour mort auprès de Jacob, éperdu de chagrin. Acheté par Putiphar, un haut fonctionnaire proche du pharaon, Joseph se distingue rapidement par son intelligence et devient son bras droit. Mais, accusé à tort par la femme de Putiphar car il n’a pas voulu céder à ses avances, le jeune Hébreu se retrouve en prison. Là, il interprète les rêves de deux autres détenus et ses prédictions se réalisent trois jours plus tard avec la mort de l’un et le retour dans les bonnes grâces du roi de l’autre.

Deux années passent et, une nuit, Pharaon fait un rêve des plus étranges (Gn 41, 1-43). Alors qu’il est au bord du Nil, fleuve sacré pour les Égyptiens, il voit sortir de l’eau sept belles vaches bien grasses qui vont brouter sur la rive. Sortent alors du fleuve sept autres vaches, laides et maigres, qui se mettent à dévorer les vaches grasses mais restent malgré tout décharnées.

Troublé, Pharaon convoque tous les mages et les devins de son royaume mais aucun ne peut lui donner d’explication. C’est alors que l’ancien compagnon de cellule de Joseph, revenu à la cour, se souvient de sa clairvoyance et en parle à Pharaon qui le fait appeler immédiatement.

Avec l’aide de Dieu (« Ce n’est pas moi, c’est Dieu qui donnera à Pharaon la réponse qui lui rendra la paix. » Gn 41, 16), Joseph livre l’interprétation du songe : les sept vaches grasses représentent sept années de bonnes récoltes et de richesse pour le pays. Elles seront suivies de sept années de famine (les vaches maigres) si difficiles qu’elles feront oublier les années d’abondance. Joseph conseille alors à Pharaon de constituer des réserves de céréales pendant les sept premières années pour faire face à la famine qui suivra les années suivantes.

Impressionné par Joseph, ses conseils et sa confiance en Dieu, Pharaon en fait son ministre et lui confie la mission de gérer les réserves de nourriture dans tout le pays. Les rêves de grandeur de Joseph sont réalisés.  

Traverser les épreuves en confiance

Les chrétiens ne sont pas épargnés par les difficultés de l’existence, la vie de Joseph en est un bel exemple ! Le jeune Hébreu doit affronter de nombreuses épreuves mais Dieu lui donne les moyens de les traverser avec sérénité et en toute confiance. Le Seigneur était avec Joseph peut-on lire à plusieurs reprises dans le récit, tout comme Dieu est avec nous dans les bons moments (les périodes de vaches grasses) comme dans les plus difficiles (les périodes de vaches maigres).

Ce texte peut sembler surprenant car à l’inquiétude matérielle du lendemain, la Bible répond d’ordinaire par l’abandon à la providence divine : Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : « Qu’allons-nous manger ? » ou bien : « Qu’allons-nous boire ? » ou encore : « Avec quoi nous habiller ? » (Mt 6, 31).

Or la politique à mettre en place est un véritable programme de crise avec la réquisition des récoltes. Mais la prévoyance royale ne s’oppose pas à la providence divine, elle s’accomplit grâce à elle, comme le reconnaît Pharaon qui dit à Joseph : « Dès lors que Dieu t’a fait connaître tout cela, personne ne peut être aussi intelligent et aussi sage que toi. » (Gn 41, 39). La providence divine apporte la sagesse, grâce au soutien de Dieu, Joseph va sauver l’Égypte.

Dans la Bible, Pharaon n’est pas le seul roi à profiter de la providence divine par l’intermédiaire des rêves. Dans le Livre de Daniel, le prophète interprète le songe qu’a fait Nabuchodonosor II du colosse aux pieds d’argile, dans le second Livre des Chroniques, Dieu apparaît en rêve à Salomon. La relation à Dieu ne s’inscrit pas uniquement dans la sphère privée. Elle se met au service du bien commun et peut guider à démêler les situations économique, politique, sociale … Dans cet esprit, le pape François recommandait en septembre 2017 de prier pour les dirigeants qui doivent avoir conscience que le pouvoir leur vient de Dieu « à travers le peuple ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]