Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Voyage au bout de la grève

Jean-Pierre Dalbéra

Nicolas Boutin - publié le 26/04/18

Week-end et vacances incertains, ponctualité au travail menacée, la grève des cheminots n’a pas fini de faire monter la pression dans son for intérieur. Quelques conseils pour ne pas céder à la colère et aux altercations.

Un trajet quotidien de quelques dizaines de minutes peut rapidement devenir un chemin de croix de plusieurs heures en période de grève des transports. Et la tension peut rapidement monter d’un cran lorsque l’on est jeté dans une bousculade ou bloqué dans une rame bondée. Un instant qui peut être interminable et qui, on le sait très bien, se renouvellera quatre fois par semaine jusqu’aux beaux jours… Si le mouvement social n’est pas prolongé.


HIGH-SPEED TGV DUPLEX TRAIN

Lire aussi :
Pour ses 60 ans de mariage, la SNCF fait une fleur à un couple d’octogénaires

Même avec la meilleure volonté du monde, les cheminots ne peuvent pas assurer sur commande les trajets prévus lorsque plus de 60 % des effectifs cesse le travail. Quatre fois moins de trains… et tout autant de voyageurs : c’est mathématique, on peut faire une croix sur le voyage tout confort et spacieux qui laisse rêveur quand on croise du regard une affiche promotionnelle de la SNCF.

Un voyage loin d’être printanier

Le mois de mai arrive… Les températures printanières sont annoncées. Et si, dehors, la chaleur commence timidement à s’installer, dans la rame surchargée, sans un centimètre d’espace entre chaque voyageur, c’est une véritable fournaise ! Le voisin déstabilisé dans les tournants trébuche sur vos chaussures… Si l’on ajoute en plus ses nombreux coups de coudes, certes involontaires, et son coup d’épaule pour entrer dans la rame malgré le signal sonore, la personne qui vous fait face vous semble de plus en plus antipathique.

C’est facile d’aimer sa famille et ses amis, c’est aussi relativement aisé d’avoir un regard compassionnel pour le sans-abri qui dort sur les bancs de la station de métro pendant que vous allez travailler. Mais cette personne en face de vous, qui pourrait très bien être un ami, un collègue ou un voisin, est difficile à aimer. L’amour n’est-il pas plus fort lorsqu’il est compliqué ? Sainte Thérèse de Lisieux connaissait le pouvoir d’aimer quelqu’un qui paraissait détestable. Pour elle, l’amour est un acte et non un sentiment.


RELATIONSHIP,COUPLE,FIGHT

Lire aussi :
Les conseils de Sainte Thérèse de Lisieux pour supporter les gens antipathiques

Le train avance toujours. À chaque station, toujours le même soulagement lorsque des dizaines de passagers descendent. Mais toujours la même frustration d’en voir autant monter. À peine le temps de prendre une grande bouffée d’air frais que le cauchemar ambulant reprend son chemin. Enfin, quelques minutes seulement. Voilà que le train est désormais immobilisé sur les voies, au beau milieu d’un tunnel sombre. L’obscurité règne, seules les quelques lumières du wagon éclairent de façon minimale les voyageurs impatients. Au micro, la petite voix anonyme annonce une dizaine de minutes d’attente. C’en est trop, les nerfs sont à bout, les portes ne peuvent évidemment pas s’ouvrir en pleine voie, le silence règne. Comment rentabiliser ce temps qui passe ? Il suffit d’avoir dans sa poche un objet miraculeux pour faire passer le temps : un chapelet. Cette prière qui impose calme, silence et méditations peut se faire dans toutes les circonstances. Elle peut s’interrompre entre deux dizaines et permet de se plonger vers l’essentiel, oubliant le tracas immédiat qui règne dans cette rame. Elle témoigne, aux yeux de tous, d’une foi profonde qui accompagne le pèlerin du quotidien.

La liberté à l’horizon

Le train repart. Cette fois c’est la bonne, la destination s’approche à grand pas. Sur le quai de la gare, au loin, une foule importante est amassée. Elle attend la même chose que vous attendiez quelques dizaines de minutes plus tôt. Quant à vous, toutes vos pensées obscures s’éclaircissent, le bout du tunnel est juste là et, lorsque les portes s’ouvrent, vous ignorez les derniers coups d’épaule. Vous marchez en suivant les autres, vous croisez par hasard un collègue qui descend du même train que vous. Encore énervé, il vous décrit un trajet digne d’un périple en enfer. Vous constatez alors que vous avez appris à aimer, à louer et à remercier Dieu et votre prochain. Vous avez pris le même train, mais pas le même chemin.

Tags:
greve sncf
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement