Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Dans une fratrie, c’est le plus jeune le plus drôle !

FRERES ET SOEURS
By Syda Productions | Shutterstock
Partager

Vous êtes peut-être le dernier d'une fratrie ? Bonne nouvelle : vous êtes le bout en train de la famille. C'est la science qui le dit.

L’Institut britannique Yougov a interrogé 1.700 adultes sur la vision qu’ils ont d’eux-mêmes, et sur celle qu’ils ont aussi de leurs frères et sœurs plus petits ou plus grands. Les résultats ne laissent aucun doute. Si les aînés se sentent plus responsables et mieux organisés, ils sont perçus par leurs cadets comme trop sérieux.

De leurs côtés, les benjamins se considèrent eux-mêmes comme les plus drôles et les plus détendus. C’est également ainsi qu’ils sont vus par leurs aînés. La différence la plus significative concerne le sens des responsabilités : la majorité des aînés (54%) déclarent qu’ils se sentent beaucoup plus responsables que le reste de la fratrie contre les benjamins (31%). A l’inverse, ce sont eux les plus drôles, (46% contre 38% des aînés), plus simples à vivre et plus relax.

Un traitement qui n’est pas le même

Ce phénomène s’explique par le traitement différent dont bénéficierait les petits derniers de la part de leurs parents. De façon inconsciente, les parents surprotègeraient le dernier né d’une fratrie. Résultat ? Un benjamin grandit dans un contexte plus favorable pour développer un tempérament joyeux et décontracté. Il a en plus la faculté de pouvoir s’habituer au fonctionnement des plus grands, à s’adapter et à faire preuve d’ouverture. Et pour se faire remarquer dans la fratrie, un petit frère, ou une petite soeur, a davantage recours à l’humour que les autres. Pour se faire remarquer diront les esprits chagrins.

Les aînés, quant à eux, doivent se responsabiliser plus vite. L’arrivée d’une petite soeur ou d’un petit frère les amènent à s’occuper d’eux autant qu’à devenir autonomes. Ils ressentent plus vite la pression de « grandir » de la part de leurs parents. Quant aux cadets, ils doivent se faire une place entre les deux et ce n’est pas facile. Eux se distinguent par leur créativité et leur ambition. Tout un programme.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.