Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Non, il n’existe pas qu’une seule Sainte-Chapelle en France

Daniel Vorndran / DXR I CC BY-SA 3.0
Partager
Commenter

Si tout le monde connaît la Sainte-Chapelle de Paris, beaucoup ignorent l'existence de onze autres édifices qualifiés également de Sainte-Chapelle. Mais pourquoi certaines églises obtiennent-elles le privilège d'être nommées ainsi ? Retour sur le caractère particulier de cette dénomination.

Une Sainte-Chapelle n’est pas une chapelle ordinaire. Plus qu’une chapelle, c’est un écrin destiné à conserver les reliques de la Passion du Christ. La France en compte plus d’une dizaine sur son territoire. Certaines sont encore conservées, d’autres partiellement en ruines ou détruites mais chacune répond à des critères bien précis.

Une tradition qui remonte au XIIIe siècle

Tout commence avec le roi saint Louis lorsqu’il décide, au milieu du XIIIe siècle, de construire une chapelle sur l’île de la Cité pour y accueillir les reliques du Christ — dont la célèbre couronne d’épines et la vraie croix — qu’il avait acquises à Constantinople auprès de l’empereur Baudoin II. Joyau de l’architecture gothique rayonnant, réalisée en à peine sept ans, elle impressionne en raison des quinze immenses verrières et l’exceptionnelle rose entourant l’intégralité de l’édifice faisant d’elle une véritable « cathédrale de verre ».

Filles de la Sainte-Chapelle de Paris

Souhaitant s’inscrire dans la lignée du roi saint Louis, des membres de la famille royale ou des princes de sang, on décidé, par la suite, de construire leur propre Sainte-Chapelle, rehaussant, au passage, le prestige de leur résidence. Mais pour être considérées comme « Sainte-Chapelle », elles devaient répondre à cinq critères : que celle-ci soit fondée par un descendant de saint Louis et qu’elle appartienne à une résidence royale ou princière. Elle devait en outre posséder un fragment de la relique de la vraie croix ou de la couronne d’épines présente à la Sainte-Chapelle de Paris, avoir une forme architecturale quasi-similaire au modèle parisien (jusqu’au programme iconographique des vitraux). Enfin, devait y être célébré des messes pour le fondateur et ses descendants et exécuté la lecture des heures canoniales en usage à Paris.

Ce mimétisme, qui perdura durant plusieurs siècles, était une façon de s’inscrire dans la lignée prestigieuse de saint Louis — figure exceptionnelle à la fois, homme, roi et saint — et de glorifier la dynastie des Bourbons.

Découvrez, en images, les Saintes-Chapelles conservées en France :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]