Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Dépendance : la journée de solidarité en chiffres

HOSPICJUM
Shutterstock
Partager

Emmanuel Macron a évoqué la création d'une deuxième journée de solidarité comme "une piste intéressante" pour faire face au défi budgétaire posé par l'allongement de la durée de la vie. En jeu, le financement par le mécanisme de la solidarité du coût de la dépendance des aînés.

La journée de solidarité, travaillée mais non payée aux salariés, a été créée en 2004, à la suite de la canicule qui avait causé 15 000 décès en août 2003. Initialement fixée au lundi de Pentecôte, elle avait pour objectif de financer une meilleure prise en charge des personnes âgées et handicapées. Elle devait servir à « créer des milliers de places supplémentaires en établissement, à moderniser l’aide à domicile ou à pérenniser le financement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) », mais également à embaucher du personnel dans les maisons de retraite.

31 milliards d’euros récoltés

Cette journée s’applique aux salariées ; les professions libérales n’y sont quant à elles pas assujetties. Depuis sa création, cette journée a permis de récolter environ 31 milliards d’euros. À partir de 2008, le choix du jour est laissé à la libre appréciation des employeurs. Certains d’entre eux suppriment un jour de congé ou de RTT, d’autres offrent cette journée à leurs salariés. Tous doivent de toute façon s’acquitter d’une contribution (0,3 % de la masse salariale) reversée à la CNSA (Caisse nationale de Solidarité pour l’Autonomie). Les revenus du capital sont également concernés par cette contribution et, depuis avril 2013, le dispositif s’est étendu aux retraités imposables.

2,3 millions de Français pourraient être dépendants en 2060

En 2017, cette journée a rapporté 2,37 milliards d’euros. 1,42 milliard a été octroyé aux personnes âgées et 946 millions aux personnes handicapées, selon la CNSA. Dimanche 15 avril, lors d’une interview sur BFMTV, Emmanuel Macron a parlé de l’hypothétique création d’une deuxième journée de ce type. En effet, selon une étude de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques), 2,3 millions de Français pourraient être dépendants en 2060. L’idée provoque des remous. Tandis que certains dénoncent un impôt caché, d’autres estiment que l’intention est bonne mais que l’effort fourni ne parviendra pas à répondre aux besoins réels.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]