Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Le pape François console un orphelin : « Dieu a le cœur d’un père »

WIZYTA PAPIEŻA W RZYMSKIEJ PARAFII
AP/EAST NEWS
Partager

Un orphelin de père présente au Pape une question angoissante : "Mon père incroyant est-il quand même auprès de Dieu ?"

Une grande misère humaine, beaucoup de chômage. Sans doute l’ombre de la mafia rôde-t-elle aussi… Dimanche dernier, le pape François s’est rendu dans un quartier difficile de la ville de Rome. Régulièrement, le souverain pontife visite ainsi des paroisses romaines. C’est l’occasion pour lui de rencontrer des personnes, jeunes ou âgées, et d′échanger avec elles sur leur vie, en particulier spirituelle. Mais cette fois-ci, au Corviale, dans le sud-ouest de la Ville éternelle, le Pape est allé dans l’une de ces « périphéries » dont certains disent qu’elle fait peur…

Mais des fleurs peuvent s’épanouir aussi sur le fumier. Une fois n′est pas coutume, des enfants du catéchisme avaient préparé des questions au Saint-Père. Tout s′est bien passé jusqu′au moment où l′un d′entre eux a fondu en larmes… Et pour cause. Ce moment a noué la gorge à bien des témoins de la scène.

« Quel est ton passage de l’Évangile préféré », demande ainsi un premier enfant. « Ceux qui ne sont pas baptisés sont-ils aussi des enfants de Dieu ? », questionne à son tour une petite fille. À chacune des interrogations, le successeur de Pierre répond avec une grande simplicité. Et une clarté toute paternelle.

Mais quand arrive le tour d’Emanuele, le petit garçon ne réussit pas à poser sa question. Après un bref moment, où il essaie de vaincre sa timidité face aux centaines de personnes qui le regardent, le visage de l’enfant se crispe soudainement, les yeux se plissent. Et de grosses larmes se mettent à couler sur ses joues. « Je ne peux pas », explose-t-il soudain en sanglots.

Visiblement ému, le Pape l’invite immédiatement à venir le rejoindre sur l’estrade. Il lui demande d’abord de lui glisser sa question à l′oreille, puis la permission de la répéter à haute-voix. « Il y a peu de temps, mon père est mort″, lui explique le petit garçon. « Il était athée, affirme-t-il, mais il avait baptisé ses quatre enfants. C’était un homme bon. Est-il au Ciel ? ». Voilà la question angoissée enfin lâchée…

« Quand nous avons une douleur dans notre cœur », commence par indiquer le Pape dans sa réponse, « peut-être devrions-nous tous pleurer comme Emanuele ». Pour lui, ce petit garçon a pleuré pour son père, parce qu’il l’aime et qu’il a eu le courage de le faire devant nous ».

« Dieu n’abandonne pas ses enfants »

Un homme, souligne encore le pape François, capable de mettre au monde un enfant comme Emanuele, ayant eu le courage de pleurer devant tout le monde, « c’est vrai, c’était un homme bon ». « Cet homme n’avait pas le don de la foi », reconnaît le pontife romain. Il n’était pas croyant, et cependant tous ses enfants ont été baptisés.

Seul Dieu peut dire qui va au Ciel, explique ensuite le souverain pontife. Mais comment est le cœur de Dieu face à un père comme celui-là ? « Un cœur de papa ! », affirme-t-il. Dieu a le cœur d’un père. Et devant un père non-croyant, qui a été capable de demander le baptême pour tous ses enfants et de leur transmettre le courage, « pensez-vous que Dieu serait capable de le laisser à l′écart ? », conclut le pape François.

Dieu n’abandonne pas ses enfants, assure le successeur de Pierre, surtout quand ils sont « courageux ». Et se retournant vers Emanuele, les yeux bouffis de larmes : « Dieu a été fier de ton papa », car il est plus facile de faire baptiser ses enfants lorsque l’on est croyant que lorsque l’on ne l’est pas. À coup sûr, confie encore le Pape argentin, « cela a beaucoup plu à Dieu ». « Parles en avec ton papa, dans la prière », recommande le Pape à l′orphelin. « Et merci pour ton courage ! ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.