Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Saint Jean Paul II
Aleteia logo
home iconCulture
line break icon

Le Sacré-Cœur de Cholet, un sanctuaire de béton

CHOLET CHURCH

Selbymay I CC BY-SA 3.0

Caroline Becker - Publié le 15/04/18

La petite ville de Cholet (Maine-et-Loire), possède, tout comme Paris, son Sacré-Cœur. Unique édifice classé monument historique de la ville, il surprend par son architecture étonnante. Construit durant la seconde guerre mondiale, il a été édifié à l'aide de techniques inédites pour l'époque. Découverte d'un forteresse de béton.

Le 16 juin 1940, alors que les troupes allemandes déferlent sur la France, la ville de Cholet est consacrée au Sacré-Cœur de Jésus. Cette consécration est renouvelée quatre ans plus tard, au moment de la libération. Mais dès 1937, une église dédiée au Sacré-Coeur est déjà en train de se construire au nord de la ville. Elle est consacrée quatre ans plus tard en présence de l’évêque d’Angers.

Wikimedia commons
Sacré-Coeur de Cholet

L’érection de cet édifice est impulsée par le docteur Sourice. Suite à son décès, l’exécuteur testamentaire indique à l’évêque d’Angers que la succession — selon les souhaits du défunt — doit être consacrée à la construction d’une église dédiée au Sacré-Cœur. Il déclare : « Pour me conformer aux intentions de ceux qui m’ont investi de leur confiance, si Cholet ne pouvait ou ne voulait bénéficier du concours que je me propose d’apporter, j’envisage la construction, dans un tout autre pays, même étranger, d’une église ou d’une chapelle dédiée au Sacré-Cœur ». Sans hésiter, l’évêque accepte, pourtant sans ignorer que l’argent de la succession ne pourra subvenir à la totalité des dépenses.


COLLIOURE CHURCH

Lire aussi :
Collioure : un phare abandonné se transforme en église

Une église entièrement construite en béton

Conçue selon les plans fournis par l’architecte Maurice Laurentin (1885-1959) — qui supervisait les travaux depuis le front — l’église présente un style étonnant qualifié de romano-byzantin. La technique de construction est inédite pour l’époque : la structure est entièrement réalisée en béton brut. Contacté par Aleteia, Denis Hervé, responsable travaux-maintenance du diocèse d’Angers explique : « L’ossature de l’église a été construite entièrement en béton, même la charpente. Il n’y a que les lattes qui tiennent les tuiles qui sont en bois. Le parement extérieur est par contre en briques. C’était une nouvelle technique à l’époque ». L’histoire raconte que des camions chargés de ciment, destinés à construire des blockhaus près du front, auraient été détournés pour construire l’église.

Barthe-Bordereau
Vitraux de la tribune du Sacré-Coeur de Cholet.

Ces nouvelles techniques, pas toujours maîtrisées à leur début et confiées à des maçons peu expérimentés, ont eu pour conséquence une dégradation assez rapide de l’édifice. « 80 ans après, on a une église qui commence déjà à fatiguer », précise Denis Hervé. À l’époque, le fer n’a pas été noyé dans le béton comme il aurait fallu, ce qui a entraîné une corrosion des fers et donc un éclatement du béton.

Il y a dix ans, des travaux d’urgence ont donc été entrepris avant que cela ne devienne trop dangereux. Depuis trois ans, l’association diocésaine d’Angers — propriétaire du bâtiment — a lancé une grande phase de reconsolidation de l’édifice.




Lire aussi :
Béhuard, un sanctuaire sur une île

Des vitraux uniques

Les vitraux, également très endommagés en raison de l’éclatement du béton, font actuellement l’objet d’une restauration. Ce grand chantier, qui concerne les verrières de la tribune, a été confié à l’entreprise Barthe-Bordereau, célèbre entreprise angevine crée en 1846 et actuellement dirigé par Benoît de Pontbriand. Cet établissement, dont la réputation n’est plus à faire, a, entre autre, conduit la restauration des vitraux de l’abbaye du Mont Saint-Michel, de l’abbaye de Fontevraud ou encore de l’hôtel national des Invalides. Anecdote amusante ? Les vitraux de Cholet ont été réalisées par ce même atelier lors de la construction de l’église. La boucle est donc bouclée.

Barthe-Bordereau
Vitraux de la tribune du Sacré-Coeur de Cholet, détail sur l'agneau.

Très impressionnantes, les verrières de la tribune présentent un agneau central d’où s’échappent de grands rayons lumineux. « Ces vitraux sont étonnants », témoigne Benoît de Pontbriand. « Ils ont pleins de reliefs et ont été élaborés avec des techniques particulières. Ils présentent une patte de verre assez épaisse, en cabochon, qui s’insère dans le vitrail. Les montages, très complexes, demandent une grande dextérité. « Heureusement, nous avons une équipe de compagnons très expérimentés », confie Benoît de Pontbriand. L’objectif ? Restaurer les verres abîmés ou manquants et refaire l’intégralité des éléments métalliques — barlotières et vergettes — servant à maintenir les vitraux.

Les vitraux dans l'atelier de restauration.

Autre trésor à découvrir dans l’église de Cholet : un grand carillon classé monument historique depuis 2003. Entièrement restauré en 2011 avec l’ajout de dix nouvelles cloches, il en possède désormais 49 en tout, le plaçant ainsi en 16e position des plus grands carillons de France. Tradition encore bien vivante, une association forme de nouveaux carillonneurs avec le soutien du diocèse d’Angers.

Pascal Ménard — Travail personnel - Wikimedia
Les cloches du carillon du Sacré-Coeur de Cholet.

Un chantier titanesque

Actuellement dans la première phase de travaux qui va durer trois ans, le chantier de restauration de l’église va comprendre encore deux autres phases. Neuf ans en tout seront donc nécessaires pour redonner au Sacré-Cœur tout son éclat. Le coût total a été estimé à 8 millions d’euros. Ces frais sont répartis entre l’association diocésaine d’Angers, la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et la ville de Cholet.

Pour soutenir ce grand chantier de restauration, il est possible de faire un don sur le site officiel du Sacré-Coeur de Cholet.




Lire aussi :
Comprendre (enfin) l’Apocalypse grâce à la somptueuse tenture d’Angers

Tags:
anjouÉglisePatrimoine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
5
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement