Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

La prière peut-elle aider à réussir ses examens ?

STUDENT,TEST,EXAM
Shutterstock
Partager

En France, plus de 2,5 millions d’étudiants s’apprêtent, dans les prochaines semaines, à passer leurs examens ou concours de fin d’année. La prière peut-elle les aider à aborder cette épreuve en toute sérénité ?

Souvent, lorsque les épreuves se font trop lourdes à surmonter, Dieu, par la prière, apparaît comme le dernier secours. Ainsi, nombreux sont ceux à le prier lorsqu’ils désirent quelque chose mais ne persistent pas lorsqu’ils l’ont obtenu. Pourtant la prière, qui est avant tout un moyen de se rapprocher de Dieu, peut prendre quatre formes : la prière de demande, pour obtenir une faveur personnelle ; la prière d’intercession, pour demander une faveur pour autrui ; la prière d’action de grâce, pour remercier Dieu de ses faveurs et la prière de louange, afin de louer Dieu sans rien n’attendre en retour. Ces quatre types de prière, chacune à sa manière, aidera n’importe quel étudiant à aborder la période d’examen avec sérénité. Décryptage.

Le Saint-Esprit comme « professeur principal »

S’il doit y avoir un guide, un professeur ou un soutien scolaire qui joue un rôle incontestable dans les études et qui vous suit depuis toujours, c’est le Saint-Esprit. L’invoquer permet ainsi d’être dans les meilleures conditions pour réviser et affronter ces épreuves, détaille l’abbé Franc, curé de la paroisse étudiante de Toulouse. Ce dernier conseille de « ne pas mettre de barrière entre la vie d’étudiant et la vie spirituelle ». Les dons de sagesse, de force et de conseil que nous envoie la colombe sont indispensables pour se mettre dans les meilleurs dispositions. Il faut travailler activement, tout en laissant travailler l’Esprit saint », explique le curé toulousain.

Au delà de l’Esprit saint, les étudiants peuvent confier leurs intentions de prière à plusieurs saints « dédiés ». Sainte Catherine d’Alexandrie, saint Joseph de Cupertino et Saint Thomas d’Aquin sont les principaux saints patrons des étudiants. La paroisse étudiante de Toulouse propose ainsi une prière, à la fois simple et puissante, pour demander à ce dernier, dont les reliques reposent à deux pas du Capitole, son intercession auprès des étudiants :

Créateur ineffable,
Vous êtes la vraie source de la lumière et de la sagesse.
Daignez répandre Votre clarté sur l’obscurité de mon intelligence ;
Chassez de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance.

Donnez-moi : La pénétration pour comprendre,
La mémoire pour retenir,
La méthode et la facilité pour apprendre,
La lucidité pour interpréter,
Une grâce abondante pour m’exprimer,
Aidez le commencement de mon travail,
Dirigez en le progrès, Couronnez en la fin,
Par Jésus Christ Notre Seigneur.

Ainsi soit-il.

Bien sûr, il ne faut pas non plus hésiter à demander l’aide de la Sainte Famille. Saint Joseph, patron des travailleurs et la Vierge Marie, « qui accueille l’Esprit saint et met au monde le Verbe de Dieu » veillent également particulièrement sur les jeunes, qu’ils soient étudiants ou jeunes travailleurs.

Mesurer ses études à leur juste valeur

Le père Arnaud Franc tient cependant à prévenir et rassurer les jeunes qui hésitent, doutent de leur réussite ou de leur avenir : « Les études ne sont pas une fin en soi mais un moyen d’acquérir des compétences, il ne faut pas négliger ses études. Même si l’on se trompe de filière, il est préférable de persévérer jusqu’au bout de l’année, sous peine de perdre son temps. Pouvoir étudier est une richesse qui n’est pas donné à tous les pays, et ça, tout le monde n’en a pas conscience ».

Mais pour l’aumônier, il est nécessaire de trouver un équilibre permettant  de se divertir tout en demeurant dans de bonnes conditions pour réviser. « Faire la fête et finir avec une “gueule de bois” n’est évidemment pas souhaitable, mais l’on peut se changer les idées en participant à des maraudes, en allant voir des amis ou en changeant de cadre de vie », indique-t-il. Son triptyque : prier, réviser, se détendre.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]