Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Connaissez vous la méthode « catholic fitness » ?

JORDAN FRISKE
Partager
Commenter

Puisque l'été se profile à l'horizon, avec sa vague de régime minceur, pourquoi ne pas surfer intelligemment… Voire pieusement sur la pratique du fitness ?

Brenda Sigmund et Jordan Friske sont les entraîneurs de Catholic fitness training. Ils affichent leurs corps d’athlètes en même temps que leurs convictions catholiques. Leur programme est un mariage de la pratique, très populaire en Californie, du fitness, avec la théologie du corps, chère à Jean Paul II.

Saint Paul, la tête dans le guidon

En plein effort, ces deux coachs sont capables de citer la lettre de saint Paul aux Romains : « La souffrance produit la persévérance, la persévérance produit la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance ! » (Romains 5, 3-5). Ils prônent un équilibre de vie raisonnable. « Ne cherchez pas à ressembler à une célébrité ou à un bodybuilder, mais priez chaque jour Dieu pour avoir la grâce d’un corps en bonne santé », conseillent-ils sur leur site. Chacune de leur séance débute et s’achève par l’oraison… Mais comme il y a peu de chance de se muscler seulement avec le chapelet, cette prière s’accompagne d’exercices physiques adaptés et d’une diététique saine.

Être en aussi bonne santé que possible fait partie des devoirs du chrétien, assurent nos deux coachs, il n’est pas superficiel de s’en soucier, c’est même, au contraire, un élément fondateur ! Pour devenir des saints, il faut s’occuper des choses simples, immédiatement à notre portée, à commencer par le soin de notre propre corps. Ils proposent donc de se mettre au travail avec réalisme et efficacité, avec un mode de calcul de calories pour ajuster les besoins alimentaires de chacun, avant de s’attaquer à un exercice physique qui peut être ardu. Pas question chez eux de fuir la difficulté. Leur site ne promet jamais de « solution pour maigrir sans effort » ou de pilules miracles. Non seulement il faut accepter la souffrance qui accompagne l’effort physique, mais il faut l’aimer !

« Le futur commence aujourd’hui »

Pour réussir, les coachs californiens encouragent des résolutions simples et réalistes, qu’il ne faut pas hésiter à écrire et à garder sur son frigo. Ça a l’air simpliste, mais l’expérience prouve qu’un simple mot permet de se rappeler de sa résolution plusieurs fois par jour, témoignent-ils. L’objectif doit être mesurable, ça peut être un poids à atteindre ou un nombre de temps passé à exercer une activité physique dans la semaine.

Enfin, la clé de la réussite, c’est de s’y mettre ! Comme le rappelait saint Jean Paul II : « Le futur commence aujourd’hui, pas demain ». Il faut commencer, et ne pas tomber dans le piège de dresser de grands plans sur la comète, comme l’achat d’un équipement de fitness dernier cri qui risque d’être remisé.

Être des bons gardiens de nos corps

Leur programme, s’il emprunte à la vague contemporaine du fitness, en évite les écueils que sont le culte de la performance ou l’idolâtrie du corps. Grand joueur de football, saint Jean Paul II expliquait que le corps entrait dans la définition du sacrement : « Un signe visible d’une réalité invisible ». En d’autres termes, ce n’est pas le corps qu’il faut adorer, mais ce qu’il donne à voir. « À nous de jouer ! », concluent nos deux coachs.

Tags:
sport
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]