Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Quels sont les bienfaits de l’optimisme ?

GIRL HAPPY
Partager
Commenter

Voir la vie en rose... voici une bien jolie expression que l’on utilise couramment. Il n’est pas évident de garder un optimisme à toute épreuve, pourtant il a été prouvé que les bénéfices en sont nombreux !

Dans les rayons des librairies, on trouve une multitude de livres sur l’optimisme et la « psychologie positive ». C’est en effet devenu une valeur importante dans la vie de chacun, dont les bienfaits ont été prouvés dans divers domaines de la vie : santé, psychologie, bien-être, longévité, qualité de vie, relations humaines…

Mais de quoi parle-t-on quand on évoque l’optimisme, tout d’abord : une manière d’appréhender le  présent et le futur de façon positive, malgré des difficultés existantes ou potentielles. Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de voir le bon dans les situations difficiles, lorsque les soucis s’accumulent. Les professionnels s’allient pourtant à dire que si l’on y arrive, cela peut beaucoup influencer le déroulement des choses,  en plus de procurer des bienfaits tant pour nous que pour notre entourage. Et puisqu’« Un souci dans le cœur déprime, une bonne parole ramène la joie » (Proverbes 12.25) ; voici quelques points démontrant l’importance de l’optimisme dans notre quotidien.

L’optimisme n’est pas inné

Pour commencer, Stanislas Mahieux, coach professionnel en développement personnel, explique un fait démontré par les neurosciences : le cerveau de l’être humain a une prédisposition à penser de manière négative. En effet, cela est lié à l’instinct de survie dont nous faisons tous preuve : par défaut, l’humain va ainsi réfléchir en envisageant les risques afin de pouvoir les anticiper et se protéger.

Avec cette donnée, nous comprenons donc que le réflexe n’est pas inné quand il s’agit de voir le verre à moitié plein, non pas forcément par mauvaise volonté mais simplement car la personne prévoit l’éventualité où les choses pourraient mal tourner. Stanislas Mahieux évoque aussi le rôle de la mémoire dans le processus de l’optimisme. Cet instinct de survie fait en effet appel à la mécanique de la peur qui existe dans la mémoire longue de l’individu, alors que la positivité, quant à elle, figure dans la mémoire courte, signifiant qu’elle n’est pas réflexe.

Ainsi, lorsque l’on désire avoir une attitude positive, il s’agit de réussir à faire de l’optimisme une réaction automatique à toute situation. Une aptitude qui est plus aisée pour certains que pour d’autres, mais qui en soi, n’est impossible pour personne ! Faisons attention cependant à nuancer l’optimisme constructif de la naïveté, qui sont différents et n’ont par conséquent pas les mêmes effets. L’idée est d’atteindre cette bienveillance constructive qui va vous amener à envisager les choses avec un autre recul et un angle différent, en voyant le verre à moitié plein, mais sans pour autant non plus ignorer les risques et difficultés.

L’optimisme apporte la santé mentale et physique

Cette idée de pensée positive « magique » n’est pas nouvelle : au début du XXème siècle déjà, le pharmacien Emile Coué avait mis au point une méthode d’autosuggestion portant son nom. Il s’agissait, rappelons-le, de se répéter chaque jour une vingtaine de fois : « tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux ». Depuis, l’intérêt des sciences s’est porté progressivement sur la question, jusqu’à la création de la discipline de la « psychologie positive » par le Professeur Martin Seligman, à l’Université de Pennsylvanie en 1998.

Au fur et à mesure des recherches, il a été démontré que les personnes optimistes étaient plus protégées des maladies cardiovasculaires. En effet, elles font preuve d’une meilleure résistance aux tensions et sécrètent donc moins d’hormones de stress. De plus elles ont tendance à avoir moins recours à des produits toxiques et addictifs tels que cigarettes, alcool… Les défenses immunitaires sont également plus développées chez les personnes ayant une attitude positive face à la vie.

Il favorise la réussite

Dr. Charles R. Snyder, psychologue à l’Université du Kansas, a effectué plusieurs recherches sur l’espoir, une des formes d’optimisme ; qui lui ont permis d’affirmer que celui-ci était un des facteurs de réussite les plus déterminants. Afin d’arriver à cette conclusion, il a entre autres effectué une étude auprès de 4000 étudiants en début de semestre, ayant eu des résultats équivalents l’année précédente et en tenant compte de leur optimisme quant à leur réussite. Au final, il semblerait que les étudiants les plus positifs en début d’année aient eu de meilleurs résultats que les autres, à compétences égales. Ces faits sont confirmés par Sandy Severino, psychologue clinicienne pratiquant à Nice, qui incite à se méfier des « fausses croyances ». Si l’on entretient ces pensées négatives, on provoque des comportements qui peuvent nous emmener inévitablement à une moindre réussite, voire un échec. Elle évoque l’exemple d’un entretien d’embauche : si on y va en se disant que cela se passera mal, il y a de fortes chances que cela arrive car nous serons d’autant plus stressés et maladroits !  Positiver, cela revient aussi à augmenter notre confiance en soi.

Il améliore nos relations

Stanislas Mahieux évoque quant à lui un des autres grands avantages de l’optimisme : « quand on positive, on a plus souvent le sourire aux lèvres, on apparaît plus jovial, cela amène des opportunités ». La bonne nouvelle, c’est que bien souvent, l’optimisme est contagieux. Ainsi, en adoptant un comportement positif, vous attirerez plus facilement les autres car ils vous sentiront disponibles, accessibles et agréables. De plus, vous pourrez sûrement être une inspiration et leur transmettre l’envie de voir les choses du bon côté !

Il rallonge notre vie

Étant donné que l’optimisme améliore notre état de santé, il semble logique que l’espérance de vie en soit augmentée. La fédération hospitalo-universitaire et de recherche américaine Mayo Clinic  a montré lors de différents travaux que l’espérance de vie était largement supérieure chez les gens optimistes que chez ceux qui ont un comportement négatif, jusqu’à une dizaine d’années de vie en plus ! Mais au-delà de vivre plus longtemps, n’oublions pas que quoi qu’il en soit, être optimiste aide à vivre mieux au quotidien, à être plus bienveillant et meilleur avec les autres et soi-même.  Au final, ce n’est pas tant la quantité qui compte, mais la qualité !

Top 10 For Her
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]