Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

L’intimidation entre frères et sœurs peut causer des dommages à long terme

SIBLINGS FIGHT
Partager

Les parents peuvent réagir quand « des disputes normales d’enfants » vont trop loin.

Le harcèlement en milieu scolaire, de la maternelle au lycée, fait couler beaucoup d’encre. Bien que les enfants se soient toujours chamaillés, il est possible que la situation nait jamais été aussi désastreuse que ces dernières années, où « un enfant sur quatre » ou « un enfant sur trois »selon les études assure avoir été harcelé en milieu scolaire.

Les programmes de prévention combinés à une meilleure sensibilisation ont permis de porter une plus grande attention au harcèlement, problématique qui s’étend également au cyberharcèlement.

Mais qu’en est-il de l’intimidation entre frères et sœurs ? Tous les frères et sœurs se disputent parfois. On peut même avoir l’impression par moments qu’ils se chamaillent constamment non pas pour s’embêter l’un l’autre, mais pour s’amuser à nous voir craquer. Mais quand une prise de bec typique entre frères et sœurs se transforme-t-elle en intimidation ? Des recherches récentes ont tenté de répondre à cette question.

Caractéristiques de l’intimidation

Lintimidation diffère des conflits typiques entre frères et sœurs « par leur caractère répétitif, intentionnel, négatif et blessant, reflétant un déséquilibre des pouvoirs entre la personne qui intimide et la victime ». Ainsi, si le petit frère a limpression que sa grande sœur sen prend à lui de manière répétée et blessante, et quelle est plus âgée ou plus forte que lui dune manière ou dune autre, ce comportement répond à la définition de lintimidation.

Les conflits fraternels typiques, dans lesquels des frères et sœurs se disputent et rient peu après, ne doivent normalement pas être source de préoccupation, et ce en raison de la dynamique sous-jacente fondamentale de familiarité, de confiance et daffection qui existe entre eux.

Les conséquences de l’intimidation

Toutefois, lintimidation entre frères et sœurs est un problème sérieux. Dans une étude menée en 2014 par des chercheurs américains, près de 20% des participants ont déclaré que leurs frères et sœurs les intimidaient « toujours » ou « fréquemment ». Visiblement, ce problème est loin d’être rare. L’intimidation entre frères et sœurs est associée à l’anxiété, à la dépression et au stress social, même au-delà de l’intimidation entre pairs. Malheureusement, lintimidation entre frères et sœurs semble être encore plus nuisible que lintimidation entre pairs, causant des dommages psychologiques plus graves. Le cliché selon lequel « ceux qui nous sont les plus proches peuvent nous blesser le plus » savère exact une fois de plus.

D’autres recherches montrent que les personnes victimes dintimidation par leurs frères et sœurs durant leur enfance sont jusquà trois fois plus susceptibles de développer des troubles psychotiques tels que la schizophrénie au début de lâge adulte. Et plus lintimidation est fréquente, plus les troubles sont susceptibles de survenir. Comme lindique lun des auteurs de létude, « Les enfants passent beaucoup de temps avec leurs frères et sœurs dans le confinement de leur foyer familial et sils sont victimes dintimidation et dexclusion, cela peut mener à la défaite sociale et à lauto-culpabilité et aux troubles mentaux graves ». Si un enfant est victime dintimidation à lécole et à la maison, cest un double coup dur ; cet enfant peut ne plus avoir dendroit sûr.

Que faire pour lutter contre l’intimidation ?

Que peuvent faire les parents sils sentent que le conflit entre leurs enfants a dépassé le stade des disputes normales et sest transformé en intimidation prolongée et récurrente ? Il arrive dentendre parfois « laisse-les seuls, ils vont se débrouiller », mais ce conseil se révèle inefficace dans ce cas de figure. Si le problème est persistant, il est temps pour les parents de ne pas lignorer et de simpliquer.

Les docteurs Christine K. Malecki et Michelle K. Demaray, deux spécialistes américains proposent cinq conseils pour aider les parents à évoluer avec délicatesse et doigtée sur ce terrain interpersonnel.

  1. Ne pas ignorer ou minimiser les disputes entre frères et sœurs.
  2. Faire preuve d’empathie pour l’enfant qui a été blessé et l’encourager à relativiser.
  3. Surveiller davantage lorsque qu’une dispute est en cours.
  4. Aider l’enfant qui est souvent victime d’intimidation à trouver des stratégies pour faire face à son frère ou à sa sœur.
  5. Créer un environnement global dans la maison qui ne tolère pas et ne permette pas des actes répétés de méchanceté envers l’autre.
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.