Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Un prêtre kidnappé en RDC : une rançon de 500 000 dollars exigée

CONGO MARTYRS
JOHN WESSELS / AFP
Partager
Commenter

Dans un pays en proie à de vives tensions, un prêtre a de nouveau été enlevé en République démocratique du Congo. Une rançon de 500 000 dollars a été réclamée pour sa libération.

Célestin Ngango a été victime d’un rapt, alors qu’il revenait d’une célébration de la messe de Pâques, dimanche, en sa paroisse du diocèse de Goma, dans l’est du pays. Selon la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), les ravisseurs seraient des « hommes armées non identifiés ». Ils auraient pris contact avec la paroisse Saint-Paul de Karambi « pour exiger 500 000 dollars américains — soit plus de 400 000 euros — de rançon pour sa libération ».

Ce n’est pas le premier prêtre enlevé en République démocratique du Congo. L’épiscopat est sans nouvelle de cinq prêtres : les assomptionnistes Jean-Pierre Ndulani, Edmond Kisughi et Anselme Wasukundi, enlevés le 19 octobre 2012, ainsi que les abbés Jean-Pierre Akilimali et Charles Kipasa, kidnappés le 17 juillet 2017.

Le pays traverse ces derniers mois une crise politique. En cause la non-application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, signé le 31 décembre 2016 qui prévoyait la tenue d’une élection présidentielle d’ici la fin de l’année 2017. L’Église joue un rôle de premier ordre dans l’opposition à Joseph Kabila. Depuis le début de l’année, les manifestations emmenées par Laurent Monsengwo, cardinal et archevêque de Kinshasa, sont violemment réprimées par le pouvoir.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]