Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

« Ressusciter » l’espérance pour vaincre la routine

SUNRISE CROSS
Jeffrey Bruno I Aleteia
Partager
Commenter

Le pape François a présidé, dans la nuit du 31 mars 2018 à la basilique Saint-Pierre au Vatican, la grande Vigile pascale, cœur de l’année liturgique. Après la cérémonie de la lumière qui précède la messe de la nuit de Pâques, le pape a baptisé huit catéchumènes de différentes nations, et exhorté les fidèles à ressusciter “l’espérance créative“ pour vaincre la routine.

Au début de cette vigile pascale — qui marque la fin du Carême et célèbre la victoire du Christ sur la mort — le pape et les clercs, vêtus de blanc, sont entrés en procession derrière le cierge pascal allumé, dans le noir et en silence. Le diacre a entonné le traditionnel chant d’exultation — Exultet — célébrant le passage des ténèbres à la lumière lors de cette nuit de Pâques. La basilique s’est aussitôt illuminée.

Dans la nuit de la veillée de Pâques, “nous sentons le poids du silence devant la mort du Seigneur“, a déclaré le pape François. Le même silence que celui du disciple d’hier, “transi et paralysé“, sans voix devant l’injustice qui a condamné le Maître.

Ce silence est aussi celui du disciple d’aujourd’hui : “étourdi“ par son impuissance devant les défis de notre époque. “Privé de mémoire“, celui-ci semble comme “immergé dans une routine accablante“ qui “fait taire son espérance“.

Mais le tombeau vide veut le “défier et le secouer“, a lancé solennellement le Souverain pontife. Car Jésus est ressuscité et “avec Lui ressuscite notre espérance créative“. “Nous savons que nous ne sommes pas seuls“ : ce simple constat, a affirmé le pape, permet d’affronter tous les problèmes actuels.

Pâques est donc une invitation à “retourner au temps et au lieu du premier amour“, pour rompre avec les habitudes répétitives et ainsi “renouveler notre vie“. Le Christ peut alors “faire irruption“ dans notre existence afin de vaincre la “lâcheté“ qui “ensevelit“ l’espérance.

La résurrection du Christ annoncée au monde

La messe, concélébrée par une quarantaine de cardinaux et une trentaine d’évêques en présence de milliers de fidèles, a débuté comme de coutume dans l’atrium de la basilique vaticane avec la bénédiction du feu et la préparation du cierge pascal, qui représente le Christ ressuscité. Le pape y a enchâssé cinq grains d’encens, symbolisant les cinq plaies transfigurées de Jésus.

Après les trois lectures de l’Ancien Testament, qui retracent l’histoire du Salut, le chant du Gloria s’est élevé tandis que les cloches de la basilique ont sonné à toute volée, annonçant au monde la résurrection du Christ.

Alors la nef toute entière s’est illuminée, image de la colonne de feu qui guidait le peuple d’Israël à sa sortie d’Egypte. Après la litanie des saints, le pape a béni l’eau avec le cierge pascal, par trois reprises. C’est cette eau bénite qui a ensuite servi pour le baptême des catéchumènes. Outre le baptême, les huit catéchumènes ont reçu le sacrement de la confirmation et de l’eucharistie : quatre Italiens, un Albanais, un Nigérian, un Américain, et une Péruvienne.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]