Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 juillet |
Saint Samson
home iconFor Her
line break icon

Laissez de côté vos peurs et prenez soin de votre âme !

SAD GIRL

By luxorphoto | Shutterstock

Chloe Mooradian - Marzena Devoud - Publié le 26/03/18

Si vous voulez prendre soin de vous, la meilleure méthode est encore celle de laisser de côté vos peurs et votre culpabilité. Voici quatre manières simples de maintenir votre esprit (et votre corps) en bonne forme.

Peu importe à quel moment de votre vie vous êtes – il est possible que vous poursuivez des études ou, au contraire, que vous vous préoccupez beaucoup de celles de vos enfants. Une chose est certaine : le temps que vous consacrez à vous-même est important. Or, il n’est pas rare que ce temps là soit relégué comme la dernière de nos préoccupations. Ce temps, on le remet toujours à plus tard. On trouve mieux de s’occuper en premier des besoins des autres. Même si cette attitude est à la fois noble et très louable, voire parfois héroïque, elle peut aussi être destructrice. Oublier de prendre soin de soi n’est pas bon pour la santé : ni celle de l’âme, ni celle du corps.


KOBIETA

Lire aussi :
Cette maladie de l’âme que décrit fort bien C.S. Lewis, l’auteur de Narnia

Notre mode de vie nous pousse à courir sans arrêt… Comment faire pour prendre soin de nous physiquement, mentalement et spirituellement ? Comment le faire en sachant qu’il ne s’agit pas seulement d’écouter les conseils élémentaires de tous les experts : dormez plus, mangez équilibré et bio, faites des exercices régulièrement… Nous le savons tous au fond de nous même : ces règles ne touchent pas l’essentiel.

Natascha Chtena, professeur de l’Université de Californie, a écrit un jour pour ses étudiants un petit livre dans lequel on trouve quatre manières simples de prendre vraiment soin de soi. Ce petit recueil de conseils peut être très inspirant pour tous !

1. Soyez indulgent envers vous-même

Parfois nous avons l’impression qu’il est plus facile d’avoir de l’empathie pour les autres que pour nous-même. La plupart du temps, lorsque nos proches nous déçoivent ou nous surprennent, nous savons leur donner une seconde, voire une troisième chance… Mais quand il s’agit de nos propres actions, nous sommes beaucoup moins indulgents. N’avons-nous pas tendance à réduire nos propres marges de progression ? Ne sommes-nous pas enclins à ruminer nos erreurs en exagérant même le poids de nos échecs ? Ce réflexe est à la fois très fréquent et malsain.

Le premier pas à faire, c’est celui de prendre conscience que nous faisons tous des erreurs. L’imperfection est normale. Dieu est plus grand que nos problèmes et nos tâtonnements. Cette première étape permet à Dieu d’agir en nous afin qu’il nous ouvre à son pardon et sa miséricorde. Commençons par accepter qu’il nous faut prendre soin de nous-même et que nous avons besoin de son aide. N’est-ce pas nous permettre, tout simplement, d’accepter notre humanité faite de faiblesse, d’humilité, et de la possibilité de tendre vers un idéal qui nous dépasse ?




Lire aussi :
Peut-on se ménager quelques pauses pendant le Carême ?

2. Faites le soir un résumé des moments bénis

WOMAN WINDOW
Natalia Figueredo I Unsplash

Quand le rythme de la journée se calme, le moment d’aller se coucher est souvent le premier où nous pouvons penser à nous. Malheureusement, on peut vite voir tout en noir et s’accrocher aux mauvais détails de la journée écoulée. Ne sommes-nous pas alors tentés de nous accabler davantage de nos échecs, petits ou grands, plutôt que de revoir notre journée avec un regard plus bienveillant ?

Au lieu de ruminer, pourquoi ne pas plutôt essayer de penser aux instants de la journée où Dieu a su nous manifester ses bénédictions ? Allons à la recherche de tous nos moments bénis ! Il ne s’agit pas d’une explosion soudaine de bonté envers nous-même. Il s’agit plutôt de débusquer toutes les petites étincelles, les petits coups de chance qui n’ont pas manqué de se manifester : le feu vert qui arrive au bon moment pendant votre itinéraire au travail, un dessin adorable de votre fille glissé dans votre poche, un bout de promenade entre deux rendez-vous. Ceux qui savent se réjouir des plus petites choses de la vie apprennent en réalité à reconnaître le bien omniprésent. Ils développent le sentiment de gratitude chaque jour, celui qui leur permet de mieux accueillir la vie, son présent, son passé comme son avenir.


AMIS PRENANT UN CAFE

Lire aussi :
Prenez soin de vos relations, c’est la clef du bonheur !

3. Soyez consciente de qui vous êtes aux yeux de Dieu

Lui sait que vous êtes unique, intelligente et exceptionnelle. Il a pensé à vous depuis toujours. Il n’est jamais lassé par vous, vous êtes sa créature, destinée à son amour. Il vous a créée et vous a donné un nom. À son regard, vous valez plus que toutes vos journées ratées, plus que tous vos échecs et toutes vos larmes cachées. Quand vous pensez à vous, ne l’oubliez jamais. Pour Lui, vous êtes la plus importante, il vous aime et vous connaît mieux que vous ne vous connaissez vous-même.


HAPPY YOUNG COUPLE

Lire aussi :
Quatre défis de Carême à relever en couple

4. Ne culpabilisez pas quand vous faites une pause

WOMAN RELAX
Antonio Guillem I Shutterstock

Dans son livre « Du temps pour Dieu », (publié aux Éditions des Béatitudes), le père Jacques Philippe écrit : « La méditation ne doit pas être considérée comme quelque chose d’exceptionnel et pratiquée en dehors des autres activités. Elle doit être une habitude, un élément de notre quotidien. Les moments de loisirs et ceux passés avec Dieu sont indispensables pour notre bien-être. La méditation doit être un évènement ordinaire faisant partie de notre existence. Elle doit être une respiration de notre âme ». Alors ne culpabilisez pas quand vous faites une pause pour respirer et prendre soin de votre âme !


TRAFFIC

Lire aussi :
La gratitude est un bonheur doublé d’émerveillement.

Tags:
bien êtregratitude
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
4
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
5
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
6
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
7
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement