Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Qu’est-ce qu’un trésor d’église ?

© Manuel Cohen - MCOHEN
Trésor de la cathédrale d'Angoulême.
Partager

Non, le trésor d’une église n’est pas constitué par les pièces d’or que les fidèles mettent à la quête chaque dimanche et que le curé cache dans un coffre avec de grosses ferrures, comme le croyait un enfant du caté.

Le trésor d’église a longtemps désigné le lieu où une église, un monastère ou une congrégation religieuse rassemblait ses biens les plus précieux (reliques, vêtements sacerdotaux, manuscrits, or, pierreries,…), qu’il fallait sauver en cas de péril. Un trésor d’église désigne aujourd’hui un ensemble d’objets religieux destinés à l’exercice et à l’ornement du culte ou à la vénération des reliques. Il existe actuellement en France environ 270 trésors d’églises et de cathédrales. Mais l’appellation « trésor » cache plusieurs cas de figure, allant du trésor de sanctuaire, intimement lié aux reliques qu’il abrite, au trésor né d’un regroupement d’objets religieux pour des raisons de sécurité.

Châsse de la Sainte Couronne d’épines dessinée par Viollet-le-Duc, 1862, trésor de la cathédrale Notre-Dame de Paris © Marc-Antoine Mouterde
Châsse de la Sainte Couronne d’épines dessinée par Viollet-le-Duc, 1862, trésor de la cathédrale Notre-Dame de Paris © Marc-Antoine Mouterde

Environ 270 trésors en France

Le trésor de sanctuaire comprend les reliques, étymologiquement « les restes », d’un saint, présentés dans des reliquaires somptueux (en forme de coffres, vases, croix ou statues) destinés à les protéger et à les montrer.

Un trésor d’église rassemble au moins les objets sacrés nécessaires à la célébration de la messe et des sacrements, selon la liturgie de l’Église catholique (ciboires, calices, patènes, croix, ostensoirs,…). Ces objets religieux sont affectés prioritairement au culte et utilisés par le clergé dit affectataire (loi de 1905). Ils sont souvent conservés dans la sacristie. Le trésor d’église appartient, comme l’église, à la commune. Les premiers trésors d’église datent du IVe siècle, lorsque l’empereur Constantin met fin aux persécutions des chrétiens qui peuvent dire la messe au grand jour.

Le trésor dit de regroupement permet d’optimiser les conditions de conservation de ces objets de valeur, fragiles (tapisserie, orfèvrerie, ivoire, bois peint,…), généralement classés Monuments historiques au titre des objets mobiliers (loi de 1913). Ainsi le trésor de la cathédrale de Vannes rassemble des objets en provenance d’une vingtaine d’églises du Morbihan.

© Wikimedia
Cathédrale Notre-Dame, Trésor Reliquaire de la Croix, dit de Saint Claude.

Le cas particulier des trésors de cathédrales

Le trésor d’une cathédrale est un cas particulier. En effet, dès le début, les cathédrales bénéficient des largesses de leurs évêques qui ont des pouvoirs et des revenus temporels. Chaque évêque cherche naturellement à embellir sa cathédrale et à enrichir son trésor. Il cherche aussi à se procurer des reliques pour accroître le rayonnement de son sanctuaire. Il commande surtout de très beaux objets d’art à des artistes de talent et dépense sans compter pour la gloire de Dieu et parfois aussi un peu pour la sienne… À sa mort, une partie de sa fortune personnelle revient à la cathédrale (synode d’Agde 506). Aujourd’hui le trésor d’une cathédrale appartient à l’État, comme la cathédrale elle-même.

Du trésor caché au trésor visité

À l’origine, le trésor n’est pas accessible au public, il est au contraire bien caché, bien gardé. En temps de crise, il peut même servir de monnaie d’échange. À la Révolution française, de nombreux trésors de cathédrale sont pillés ou vendus. Depuis les années 1960-1970, les trésors d’églises et de cathédrales sont aménagés pour la visite. Certains sont restés in situ, (Amiens, Chartres, Le Puy, Conques) d’autres sont installés dans l’ancien palais épiscopal devenu musée (le palais du Tau à Reims). Des muséographies contemporaines, comme à Notre-Dame de Paris, offrent une nouvelle lecture de ces joyaux de l’art sacré.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.