Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Faustine Bollaert sans voix devant les confidences de parents d’enfants trisomiques

DOWN SYNDROME
Partager

L’émission de France 2 "Ça commence aujourd’hui" a rassemblé plusieurs parents d’enfants porteurs de trisomie 21. Tour à tour, ils témoignent de la place que le handicap a pris dans leur vie.

La journaliste Faustine Bollaert donne le ton de l’émission lorsqu’elle lance : « On va parler d’amour avant tout ». Carole et Sylvain, 32 et 33 ans, sont les parents de Marcel. On apprend qu’il a un caractère… bien breton. À vingt-sept mois, il est devenu une véritable star des réseaux sociaux puisque ses pages Facebook et Instagram sont suivies par vingt-six mille personnes. Cette présence sur le web permet à des parents qui vivent une même réalité d’échanger et d’évoquer obstacles, craintes et peurs. « On a reçu énormément de messages de soutien », témoigne la jeune femme.

Carole et Sylvain racontent que leur quotidien avec Marcel est vraiment à l’opposé de ce qu’on leur avait  prédit : « À l’annonce du diagnostic, nous avions beaucoup de craintes. Aujourd’hui, tout s’est reconstruit différemment. Notre fils nous aide à surmonter les difficultés. C’est du grand bonheur ». Carole poursuit : « On a la chance d’avoir Marcel. Ça m’a permis de voir le monde différemment ».

Nous sommes des parents différents

D’autres parents témoignent. Nathalie, 46 ans, maman d’Elias, explique que son fils l’a aidée à grandir car elle a dû se surpasser : « On fait des choses qu’on n’aurait pas forcément faites au quotidien avec un enfant classique ». Agnès, 36 ans, maman de Clémence, 11 ans, témoigne : « Clémence est là et elle est belle. J’aime ma fille. Ce qui nous a sauvés, c’est la force de l’amour et la confiance. Il y a forcément du beau et du bon là-dedans. Tout enfant a le droit d’être aimé ».

Dimitri, un beau gosse de 24 ans porteur de trisomie, commence une carrière de mannequin. Il a déjà paradé sur les podiums, notamment lors du défilé de mode HandiFashion (à Saint-Rémy de Provence) et fait la fierté de son père Pascal.

Faustine Bollaert conclut l’émission en posant cette question : « Finalement, en quoi ça vous a changés et qu’est-ce que ça vous a apporté ? ». Les réponses fusent : les uns expliquent qu’ils ont été renforcés dans leur couple. D’autres affirment que ce n’est pas tout à fait ce qu’ils avaient prévu… et que c’est d’autant plus chouette. Une maman raconte que sa fille lui a montré un autre chemin et qu’aujourd’hui elle n’a plus peur tandis que sa voisine reconnaît qu’elle a appris à accepter que sa vie ne soit pas parfaite. Ces « enfants rassembleurs » leur ont beaucoup appris. Grâce à eux, ils sont devenus des parents différents.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.