Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Lille : l’improbable succès de la messe à la bougie

Laure Hudelist
Le Père Christophe Husson célèbre la messe chaque mardi soir.
Partager

Depuis quelques mois, une messe hebdomadaire rencontre un grand succès auprès des jeunes.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

L’aumônerie de l’Université catholique de Lille, située au cœur de la vie étudiante, à deux pas des écoles, propose un grand nombre d’activités. L’animation de leur page Facebook témoigne de cette richesse, en jonglant entre une annonce pour un match de rugby au « bar de l’aumônerie », et une soirée « Lectio Divina ». Et au milieu de ses activités, chaque mardi soir, une simple messe de semaine, dont le succès étonne encore. Pensez-donc, plus de 250 étudiants se retrouvent à cette messe à la bougie. C’est une messe qui « explose depuis 2017 », nous raconte Arthur de Buyer, étudiant et pilier de l’aumônerie. Il faisait en effet parti, au lancement, du petit noyau d’étudiants qui a sollicité leur aumônier pour célébrer cette messe, en plus de celles déjà prévues dans le programme de l’aumônerie.

Le lieu où était organisé la messe — la petite chapelle sous l’aumônerie — devint vite trop petit. Thibault, en charge de l’organisation technique de la messe, explique que ce fut l’occasion de « réinvestir » la grande chapelle, un endroit plus souvent utilisé comme salle d’examen. À ses côtés, une centaine d’étudiants, dont une dizaine se coordonne dans un groupe Facebook pour gérer les aspects opérationnels de la messe : « Cela les motive pour être acteur de la messe », souligne Thibault. Les étudiants disposent, chaque soir, de dizaines de bougies. À travers cette mise en scène, ils recherchent la « beauté », la « simplicité et ont le souhait de « se recentrer sur le cœur de l’Eucharistie ». Pour organiser un espace plus chaleureux, de grands paravents ont été installés afin d’isoler ceux qui viennent se recueillir en silence.

Une messe qui suscite un réveil

Le père Christophe Husson, en charge de l’aumônerie de l’Université catholique de Lille, explique le succès de cette messe par le recueillement : « Je laisse beaucoup de place au silence ». Pour lui c’est également la qualité de l’animation : « La dernière fois, j’ai terminé à 23h30 avec la chorale qui reste animer des chants de médiation : c’est impressionnant ». L’aumônier souligne aussi cette soif d’une belle liturgie qui est « totalement respectée ». Arthur de Buyer abonde également dans ce sens : « Jésus est au cœur de la liturgie des messes de 22h ». L’étudiant rajoute que selon lui les jeunes ont aujourd’hui « besoin de piété et de pudeur dans leur relation à Jésus (…) on se sent clairement en communion ».

Clovis Guillaume, étudiant à l’ICAM, observe que « de plus en plus d’étudiants viennent à la messe sans fréquenter l’aumônerie ». Cette messe leur rappelle que « l’Essentiel de notre foi se trouve dans l’Eucharistie où Jésus se donne pour nous ». Le curé observe également ce phénomène. La messe dans le noir permet, selon lui, d’être plus anonyme. Récemment, un jeune a été touché par cette messe et prépare actuellement sa première communion. « Cette messe vient susciter un réveil », se réjouit le « père Chrichri », comme le surnomment affectueusement les étudiants.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.