Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

La série dystopique Black Mirror, déjà une réalité ?

SUBWAY SMARTPHONE
Partager

La série Black Mirror, qui dépeint le futur sous un angle dramatique et dans lequel les nouvelles technologies modifient radicalement le quotidien, pourrait bientôt devenir une réalité. En Chine, les personnes disposant d’une « note sociale » trop faible ne pourront bientôt plus prendre l’avion ou le train…

La technologie est-elle au service de notre bonheur ou notre bonheur pourrait-t-il être sacrifié sur l’autel du progrès technologique ? Cette interrogation, sans réponse, est au cœur de la série britannique Black Mirror, une dystopie, une fiction qui décrit un monde utopique sombre, qui imagine un futur où les nouvelles technologies et le numérique ont bouleversé notre quotidien. Classée dans la catégorie « science-fiction et fantastique », la série diffusée par Netflix interpelle le spectateur sur le monde d’aujourd’hui et la manière dont il pourrait – très – rapidement glissé vers les réalités qu’elle décrit.

L’actualité semble en effet lui donner raison : à partir du 1er mai 2018, le président chinois Xi Jinping a annoncé que la Chine commencera à utiliser son Social Credit System (SCS). Les citoyens disposant d’un score trop faible ne pourront pas accéder aux trains et aux avions. « Sont particulièrement concernées les personnes qui ont facilité la propagation de fausses informations liées au terrorisme, celles qui ont créé des « troubles » dans un avion par le passé, utilisé des billets expirés ou qui ont déjà fumé dans les trains ». Les personnes n’ayant pas payé leurs factures et les employeurs ayant fraudé l’assurance maladie devraient être également bannis. Un air de déjà vu ? Pour les fans de la série Black Mirror, certainement : il s’agit du scénario du premier épisode de la saison 3…

« Nous ne savons pas qui va gérer le système »

« Ceux qui ont de faibles scores seront confrontés à des obstacles dans tout, de l’obtention d’emplois à placer leurs enfants dans les écoles désirées. Nous ne savons pas exactement qui va gérer le système, comment nous pourrons contester les scores, ou même si le système est légal », dénonçait déjà en décembre dernier Maya Wang, chercheuse au sein de l’ONG Human Rights Watch.

Mettant volontairement en avant l’omniprésence – ou serait-ce l’omnipotence ? – des écrans et des réseaux sociaux dans notre société, Black Mirror connait un succès international. Tour à tour effrayante et séduisante, cette série interroge le spectateur sur les conséquences que pourraient avoir les nouvelles technologies si on ne prête pas attention aux dérives potentielles qu’elles peuvent engendrer ainsi que sur la manière dont elles influencent la nature humaine de ses utilisateurs… et inversement.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.