Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quatre saints qui ont laissé de magnifiques poèmes

LETTER
Partager

Pour certains, la poésie incarne un rapport au monde. Pour d'autres, elle semble futile. Pour quelques saints, elle a été le canal d'expression de leur relation au monde céleste. En cette journée mondiale de la poésie, petit florilège de ces saints poètes.

Saint Jean Paul II, le Pape poète

Karol Wojtyła, ou saint Jean Paul II (1920-2005), est passionné de théâtre et de poésie dès son enfance. Le ténor Placido Domigo a mis en musique une douzaine de ses poèmes dans son album Amore Infinito. Devenu pape, Jean Paul II a même composé un recueil de poèmes, Triptyque romain (2003), une méditation sur la création du monde et sa beauté. Ils évoquent notamment Abraham (Abram):

Qui est-Il, Celui qui Sans Nom,
voulait se révéler à travers sa voix ?
Qui parla ainsi à Abram
tel l’Homme à l’homme ?

Peut-être pensait-il : pourquoi dois je partir d’ici ?
Pourquoi dois-je quitter Ur en Chaldée ?
Pensait-il ainsi ? Etait-il envahi par la tristesse de la séparation ?
Regardait-il en arrière ?

Nul ne sait. Nous savons seulement qu’il entendit la Voix
qui lui disait : Pars !
Et Abram décida de suivre la Voix.

La petite voie de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (1873-1897) nous enseigne la petite voie. Entrée au Carmel en 1888, elle est considérée comme l’âme poétique de sa communauté et compose bon nombre d’œuvres théâtrales et poétiques. Plusieurs de ses poèmes tels que Jeter des fleurs, Aimer c’est tout donner ou Vivre d’amour ont été traduits en chansons. Dans l’’album Thérèse, Vivre d’amour, paru en 2013, Natasha St Pier interprète plusieurs hymnes thérésiens.

Mon chant d’aujourd’hui
Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère

Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit
Tu le sais, ô mon Dieu! pour t’aimer sur la terre
Je n’ai rien qu’aujourd’hui !…

Oh ! je t’aime, Jésus ! vers toi mon âme aspire
Pour un jour seulement reste mon doux appui.
Viens régner dans mon cœur, donne-moi ton sourire
Rien que pour aujourd’hui !

Que m’importe, Seigneur, si l’avenir est sombre ?
Te prier pour demain, oh non, je ne le puis !…
Conserve mon cœur pur, couvre-moi de ton ombre
Rien que pour aujourd’hui.

Saint Jean de la Croix, le chantre de l’amour

© P. Rotger/Iberfoto

Saint Jean de la Croix (1542-1591), mystique espagnol appelé « le chantre de l’amour » ou encore « le prince des poètes », est docteur de l’Église. Il a composé de nombreux poèmes, notamment sur l’union à Dieu, la prière ou encore la foi, qu’il définit comme « un escalier secret, par lequel l’âme pénètre jusqu’aux profondeurs de Dieu ».

Cherchant les amours de mon cœur
J’irai par ces monts et rivages
Sans y cueillir pas une fleur
Ni craindre les bêtes sauvages
Murs et remparts je forcerai
Et les frontières passerai.
Cantique spirituel.

Saint Ephrem, le théologien poète

© TED CC

Saint Ephrem le Syrien, né à Nisibe (environ 306-373), est à la fois poète et théologien. Surnommé « la lyre de l’Esprit saint », il compose de nombreux hymnes et poèmes en langue syriaque, véritables chants d’amour pour le Christ. Il est vénéré par les Églises orthodoxe et catholique. On peut lire ici quelques-uns de ses vers au sujet du mystère de l’Incarnation.

Le Seigneur vint en elle
pour se faire serviteur.
Le Verbe vint en elle
pour se taire dans son sein.

La foudre vint en elle
pour ne faire aucun bruit.
Le pasteur vint en elle
et voici l’Agneau né, qui pleure sans bruit.

Car le sein de Marie
a renversé les rôles :
Celui qui créa toutes choses
est entré en possession de celles-ci, mais pauvre.

Le Très-Haut vint en Elle (Marie),
mais il y entra humble.
La splendeur vint en elle,
mais revêtue de vêtements humbles.

Celui qui dispense toutes choses
connut la faim.
Celui qui étanche la soif de chacun
connut la soif.

Nu et dépouillé il naquit d’elle,
lui qui revêt (de beauté) toutes choses. »

Hymne De Nativitate 11, 6-8

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]