Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pré-synode : les cinq conseils du pape François aux jeunes

POPE FRANCIS
Antoine Mekary I ALETEIA
Partager

En ouverture du pré-synode des jeunes, le 19 mars 2018 à Rome, le pape François a répondu ‘à cœur ouvert’ à cinq questions posées par des jeunes de différents pays.

Sexualité, monde virtuel… le Souverain pontife a prodigué des conseils éducatifs aux jeunes, les incitant à ne pas “anesthésier“ leurs questions. En réponse à la première demande, celle de Blessing, une jeune Nigériane réfugiée depuis quatre ans en Italie après avoir été victime de la traite humaine, le pape a de nouveau dénoncé cette “mentalité malade“ qui conduit à ce qu’il appelle un “crime contre l’humanité“.

Il faut savoir distinguer, a-t-il ajouté à l’intention des jeunes : l’esclavage sexuel et la prostitution, “ce n’est pas faire l’amour, c’est torturer une femme !“, s’est exclamé le pontife, recueillant les applaudissements nourris de l’assistance. Il a également demandé “pardon“, au nom des chrétiens qui commettent ces “actes criminels“.

Confronter les sentiments à la réalité

Face à Maxime, jeune Français non baptisé et qui cherche un sens à sa vie, l’évêque de Rome a insisté sur la nécessité d’un accompagnement au discernement. “Cherche quelqu’un de confiance“, un sage qui a le don de la parole juste, et “laisse-toi interpeller“, a-t-il recommandé.

Reprenant en français quelques mots de la question posée, le pape a suggéré de ne pas “anesthésier“ les interrogations et sentiments qui surgissent, et de se confronter à la réalité. “Il faut avoir le courage de dire les vérités crues“, a-t-il appuyé, et ne pas “truquer“ les sentiments et les pensées. Sinon, “quelque chose se fermera dans l’âme“. 

Répondant à une jeune Argentine, Maria de la Macarena, le pape a ensuite critiqué un système éducatif basé uniquement sur la raison, qui perd la capacité de s’émerveiller. “Cela vient de l’illuminisme“, a-t-il noté, c’est-à-dire hérité des Lumières. Il faut donc “inverser la tendance“, en agissant notamment au niveau des ministères de l’Education. 

Critiquer le virtuel, mais pas diaboliser

Concernant le monde virtuel, le pontife s’est montré critique, sans pour autant le “diaboliser“. C’est une richesse pour ceux qui n’en sont pas esclaves, a-t-il remarqué. Surtout, il faut que le virtuel soit arrimé au “concret“ pour garder “les pieds sur terre“. Pour cela, le successeur de Pierre a souligné l’importance du jeu, gratuit et “amateur“.

Le pape s’est ensuite adressé à un jeune séminariste ukrainien, Yulian. Il a insisté sur l’importance de ne pas rester seul dans le ministère sacerdotal, d’être lié à une communauté. Comme l’ont fait les “grands saints“, dont saint François d’Assise (1181-1226) et saint Philippe Néri (1515-1595).

Le pontife a encore fustigé le “cléricalisme“ qui fait beaucoup de mal dans l’Eglise. Il ne faut pas confondre, a-t-il précisé, le rôle paternel du prêtre avec celui d’un dirigeant, d’un “boss“. Ce dernier agit comme “un docteur, un professeur, un prince“, et non comme un frère ou un père. L’évêque de Rome a aussi moqué le “spiritualisme exagéré“ de certains prêtres.

“De pape à cardinal !“

Avec la dernière question, celle d’une religieuse chinoise, Sœur Teresina Chaoying, le pape s’est vu offrir une écharpe rouge. “De pape elle m’a refait cardinal !“, a-t-il plaisanté. Le chef de l’Eglise catholique a ensuite critiqué la “surprotection“ qui infantilise les religieux dans certains pays.

Cela risque de “castrer les personnes“, a-t-il prévenu. A l’inverse, “la vraie protection se fait dans la croissance“, sur quatre plans : spirituel, intellectuel, communautaire et apostolique. “Je préfère perdre une vocation que d’avoir un religieux malade“, a réaffirmé le pape François.

Le pré-synode doit se poursuivre jusqu’au 24 mars par des ateliers par groupes linguistiques. Ceux-ci devront formuler des propositions qui seront intégrées dans un document final. Ce dernier sera remis au Souverain pontife lors de la messe du dimanche des Rameaux, le 25.

Tags:
synode
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.