Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Venez travailler avec votre enfant ! The Workaround, l’espace de coworking destiné aux parents

MOTHER WORK
Partager

Travailler depuis chez soi avec de jeunes enfants qui courent partout relève du défi. À New York, Selena Beal a lancé le collectif The Workaround qui a pour ambition de faciliter l’articulation vie professionnelle/vie de famille : un espace de coworking destiné aux parents. Les avantages y sont légion.

Le coworking est un nouveau mode de travail qui implique le partage d’un même espace de travail pour mener à bien ses projets. Les coworkers ne dépendent pas d’un même employeur et travaillent individuellement. Ce mode de travail s’adresse aux personnes qui ont pour habitude de travailler depuis leur domicile mais qui peuvent se sentir isolées ou en manque d’interaction humaine. Louer un espace de travail pour quelques heures par semaine permet de voir du monde et d’échapper aux distractions de son domicile.

Quand Selena Beal, qui travaillait dans l’industrie du cinéma, a eu ses enfants, elle a eu besoin d’une autre solution que de retourner travailler à plein temps. « Je recherchais alors un travail qui me permette une transition en douceur après la naissance de mes enfants. » Après avoir envisagé différentes options et rencontré un certain nombre d’obstacles, Selena a pris les choses à bras le corps et a trouvé une idée lui permettant de reprendre le travail sans mettre ses enfants de côté : « Je me suis dit qu’il fallait que le modèle du coworking devienne simple et fluide. »

Faire travailler ses méninges sans (trop) quitter la maison

Grâce aux congés maternité et paternité, certains parents savent précisément combien de temps durera leur absence du bureau. Quand ils reprennent le travail, ils mettent leur enfant à la crèche ou chez une nounou. Mais pour les parents qui souhaitent ne reprendre qu’à temps partiel et continuer à passer du temps avec leurs enfants, il n’existe pas beaucoup de possibilités. « Ils ont besoin de sortir de la maison et de faire travailler leur cerveau, mais ils ne sont pas prêts à envisager la nounou ou la crèche pour leurs enfants », explique Selena. « C’est la tranche de la population pour laquelle j’ai l’intention de trouver des solutions, car j’ai le sentiment qu’elle en manque, et que c’est celle qui pourrait retirer le plus de bénéfices d’une formule comme celle du Workaround. »

Au lieu de créer un espace de coworking proposant bureau partagé et nounous agréées, Selena a lancé un modèle alliant espace de travail et échanges de baby-sitting. « On appelle ce système de garde Le Village, et c’est véritablement devenu un village. Certaines personnes ne viennent au ʺvillageʺ que pour faire partie d’une communauté de parents et de bébés qui ont les mêmes âges, en sont au même stade de leurs vies et vivent dans le même coin. »

Quand les parents payent leur adhésion à The Workaround, ils ont accès à un espace de coworking new-yorkais pour 15 heures par semaine. Cet espace a été imaginé et conçu par un jeune couple, Glenn Pajarito et Alison Zullo. À la recherche d’un lieu adéquat pour donner vie à son projet, Selena entre en contact avec eux pour envisager une location de leur espace. « C’était au tout début de son projet, et nous nous sommes dit que c’était quelque chose que nous pourrions soutenir, spécialement une entreprise créée par une femme », a expliqué Alison. « Quand nous avons signé, nous n’avions pas encore d’enfants. Mais maintenant que je suis maman et que je réfléchis aux différents modes de garde ainsi qu’à mon retour dans la vie active, j’envisage éventuellement de faire partie du collectif The Workaround ! »

Ne plus mettre sa carrière entre parenthèses

Les adhérents sont également rassemblés dans un groupe de discussion Whatsapp et peuvent s’inscrire sur le planning commun du service de garde d’enfant. « Si vous le souhaitez, vous pouvez n’adhérer qu’au service du coworking », explique Selena, « mais le système de baby-sitting ne vous coûtera rien de plus et vous pouvez y avoir recours autant que vous le souhaitez. Les membres s’en servent à des degrés différents mais au bout du compte, tout le monde y a recours. »

La communauté prend vie au fil de rencontres informelles, qui avaient à l’origine pour but de permettre aux coworkers de faire connaissance avant qu’ils ne gardent les enfants les uns des autres. Mais très vite, les rencontres ne tournèrent plus uniquement autour de l’organisation des baby-sittings, raconte Selena. « Des relations fortes se sont nouées. Un apéritif a lieu toutes les semaines, et une femme m’a confié que c’était son moment préféré de la semaine. »

Les parents ne sont pas obligés de mettre leur carrière en pause quand ils ont des enfants, tout comme le travail à domicile ne doit pas être la seule solution. « La société accorde une grande valeur à la quantité d’argent que l’on gagne ou au nombre d’heures de travail effectuées. Mais la valeur d’une personne ne repose pas là-dessus. L’idéal serait de pouvoir faire ce que l’on souhaite sans que la parentalité soit un obstacle », déclare encore Selena. Elle a fondé The Workaround pour aider les parents à ne pas se sentir isolés.

Une communauté spontanée

Alison sait ce que c’est de jongler entre une reprise du travail et un nourrisson de trois mois. « Tout le monde voudrait pouvoir tout faire, mais parfois, il faut lever un peu le pied. Bénéficier d’un espace où on peut combiner les deux est vraiment très appréciable. »

La communauté Workaround sort désormais du cadre officiel du coworking. L’une des personnes qui loue un espace de travail attend son deuxième enfant, et la communauté lui vient en aide au cours de sa grossesse. « Nous prenons de ses nouvelles et nous avons mis en place une chaîne d’entraide », explique Selena. « On récupère son enfant quand son mari sort tard du travail, on lui apporte des repas, on garde son petit pendant ses rendez-vous médicaux… »

L’un des bénéfices auxquels ni les familles ni Selena ne s’attendaient, c’est cet effet de communauté qui s’est créé non seulement parmi eux mais aussi chez leurs enfants. « La plupart des enfants en sont à l’âge où ils se font leur premier copain. Les bébés ont entre 9 et 30 mois et ils commencent tout juste à sociabiliser avec d’autres enfants. Or les parents recherchent ces opportunités de leur faire découvrir la collectivité. Quand ils sont petits, c’est encore beaucoup du jeu parallèle, mais ils se mettent à vouloir jouer ensemble, à se trouver des copains de jeux. C’est une belle récompense pour mes clients et moi. »

Pour l’instant, on ne trouve The Workaround qu’à New York, mais quelques autres espaces de coworking pensés pour les familles existent un peu partout aux États-Unis. Reste à espérer que ce nouveau modèle se popularise et que de tels espaces voient le jour un peu partout dans le monde. Comme en France à l’instar de Coworkcreche.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.