Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Quand la flèche de la cathédrale de Beauvais s’effondra juste après la messe

BEAUVAIS CATHEDRAL
Cathédrale de Beauvais.
Partager

Malgré son absence de nef, la cathédrale de Beauvais peut se vanter de posséder le chœur le plus haut du monde : 48,5 mètres de haut ! Une prouesse technique qui défie la loi de la gravité mais qui ne s'est pas fait sans heurt. Retour sur un chantier chaotique.

47 mètres de hauteur, un transept de 60 mètres de long, un chœur gothique haut de 48,50 mètres, la cathédrale de Beauvais possède des proportions impressionnantes. Et pourtant, il suffit de la regarder pour se rendre compte qu’elle n’a jamais été terminée. Construite au début du XIIIe siècle, elle se voulait cathédrale la plus grande du royaume, malheureusement, les écroulements successifs font, qu’aujourd’hui encore, elle ne possède ni nef ni flèche.

Le chœur le plus haut du monde

Tout commence lorsque l’évêque de Beauvais décide en 1225 de construire une des cathédrales les plus gigantesques du royaume. Malheureusement, d’incessantes querelles entre le roi, l’évêque et la commune — et un manque évident de fonds — ralentissent considérablement le chantier. Les travaux, qui commencent par le choeur, n’en finissent pas. Il faudra 50 années en tout pour terminer juste cette partie de l’édifice ! La toute première messe n’y est célébrée qu’en 1272.

Visible à des lieux à la ronde, les fidèles sont impressionnés par la hauteur de l’édifice. Il atteint une hauteur de voûte jamais égalée : 48,5 mètres. Mais cette prouesse technique n’est pourtant pas sans risque. En novembre 1284, c’est la catastrophe : les parties hautes du chœur s’effondrent. Par chance la charpente résiste, limitant ainsi l’ampleur des dégâts. L’évêque ne se décourage pas et décide de reconstruire le chœur, tout aussi haut !

Par sécurité, les architectes réduisent, quand même, les ouvertures des fenêtres qui lui donnaient une ampleur spectaculaire. La guerre de Cent ans paralyse ensuite à nouveau le chantier, laissant la cathédrale sans transept ni nef durant plus d’un siècle. En 1500, les travaux sont enfin relancés. Les priorités ? Stabiliser le chœur, réaliser un transept et créer une façade monumentale. Le chantier est lent et il faudra 30 ans pour réaliser le transept.

BEAUVAIS CATHEDRAL
Photogolfer I Shutterstock
Intérieur de la cathédrale de Beauvais.

Un effondrement qui aurait pu finir mal

Par miracle, le chœur et le transept tiennent le choc, on tente alors d’élever la tour la plus haute du monde à la croisée du transept. Objectif ? 153 mètres ! La malédiction du chantier se poursuit. Achevée en 1569, la tour s’écroule… quatre ans plus tard. Le plus cocasse ? Elle s’effondre pile le jour de la fête de l’Ascension, alors qu’une procession venait tout juste de sortir de l’église ! Le poids de la tour, beaucoup trop lourd pour les piliers du transept, entraîna, en même temps, la destruction d’une partie de la voûte du transept. Loin de se décourager, on reconstruit la voûte du transept avec une tour beaucoup plus petite et on décide même de commencer à édifier la nef. Mais le sort s’acharne et le chantier s’arrête à nouveau en raison de multiples problèmes. Finalement, seule une travée de la nef est réalisée.

© Wikimedia
Intérieur de la cathédrale de Beauvais.

700 après le début du chantier, la cathédrale de Beauvais reste inachevée. Depuis plusieurs années, elle est extrêmement surveillée pour prévenir d’éventuels mouvements de la maçonnerie. En 1993, des étaiements en bois ont été installés dans le transept afin de soutenir la charge de la voûte et éviter que des pierres tombent sur la tête des fidèles et des visiteurs… Pour les plus courageux qui n’auront pas peur d’y pénétrer, de très beaux éléments mobiliers s’y cachent, notamment une grande horloge astronomique évoquée dans le diaporama ci-dessous.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]