Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Hubert de Givenchy : « Je crois que mon talent est un don de Dieu »

La petite robe noire d'Audrey Hepburn. L'actrice la porte dans la première scène de Diamants sur canapé est probablement la plus célèbre du monde du cinéma et de la mode.
Partager

« Je crois absolument que mon talent est un don de Dieu. Je demande à Dieu beaucoup mais je le remercie aussi » confiait Hubert de Givenchy. Le couturier était l’un des plus grands créateurs de mode du XXe siècle. Son style incarnera à jamais la quintessence de l'élégance française.

Hubert de Givenchy s’est éteint dans son sommeil, le samedi 10 mars 2018 à Paris à  l’âge de 91 ans. Avec ce gentleman de la mode française, sa silhouette de star hollywoodienne qui dépassait les 2 mètres, c’est un grand témoin de l’âge d’or de la haute couture française qui s’éteint. Toujours revêtu de sa mythique blouse blanche dans son atelier, il incarnait surtout l’allure parisienne. Son élégance était naturelle, caractérisée par le classicisme sans défaut d’une couture marquée de distinction et de rigueur.

Le gentleman de la mode

Les plus grandes stars et femmes d’influence ont adoré ses créations : Greta Garbo, Marlen Dietrich, Ingrid Bergman, Lauren Baccall, Grace Kelly, Jackie Kennedy, Jeanne Moreau, la duchesse de Windsor… Et bien sûr Audrey Hupburn. Elle a porté ses robes dans le célèbre film « Sabrina » avant l’iconique tenue en capeline et fourreau noir  de « Diamants sur Canapé ». En parlant de son amitié avec le couturier, elle disait de lui : « C’est Hubert de Givenchy qui m’a donné un look, un genre, une silhouette. Habillée par lui, je n’ai peur de rien ».

Le Comte Hubert James Marcel Taffin de Givenchy est né le 20 février 1927, à Beauvais, d’une famille protestante issue de la vieille noblesse française. Il n’a pas eu le temps de connaître son père, mort alors qu’il n’avait que 2 ans. Petit garçon, il admirait sa mère, une belle femme, sophistiquée et très élégante. A l’âge de 17 ans le jeune adolescent découvre l’oeuvre d’un grand couturier espagnol, Cristobal Balenciaga. Il décide de suivre la même voie. En 1945, il s’installe à Paris pour étudier à l’Ecole des Beaux-Arts. Il trouve rapidement du travail dans plusieurs maisons de couture renommées : Fath, Piguet, Schiaparelli, Lelong. Il décline l’offre de Christian Dior au moment où il pense déjà à ouvrir sa propre maison de couture, ce qu’il fait en 1952.

La quintessence de l’élégance française

Cultivé, raffiné, Hubert de Givenchy devient très vite le symbole de l’élégance aristocratique française. C’est lui qui invente une haute couture décontractée, car « la robe doit suivre le corps d’une femme et non l’inverse ». L’extrême raffinement de ses créations annonce l’arrivée prochaine du prêt-à-porter de luxe. L’esprit Givenchy est né : 40 ans de créations inégalées dans le monde qui ont contribué à hisser la mode au niveau d’un art à part entière. Une œuvre inscrite pour toujours dans le patrimoine de la culture française.

Tags:
mode
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.