Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment rester soi-même dans ses relations avec les autres ?

WOMAN SENIOR
Partager

La psychologie nous permet de prendre conscience de nos mécanismes de défense, ces murs que nous construisons parfois entre le monde qui nous entoure, et nous. Selon le père Joël Pralong, une vraie spiritualité, éclairée par Dieu et nourrie par les sacrements, peut faire tomber ces remparts, faciliter nos relations avec les autres, et nous aider à rester nous-mêmes.

Dans son livre Le courage d’être soi-même, paru en janvier aux Éditions des Béatitudes, Joël Pralong, supérieur du séminaire du diocèse de Sion en Suisse, et ancien infirmier en psychiatrie, identifie des mécanismes de défense qui agissent du plus profond de notre être, et qui nous empêchent d’être pleinement nous-mêmes dans nos relations avec les autres. Lors d’un entretien avec Aleteia, l’auteur donne des pistes pour rester soi-même, malgré ces mécanismes ancrés en nous depuis l’enfance.

Aleteia : Quels sont ces mécanismes de défense dont vous parlez dans votre livre ?
Père Joël Pralong : Les mécanismes de défense définis par la psychologie sont les comportements que nous adoptons pour nous protéger. Ce sont les remparts que nous dressons entre le monde, parfois cruel, et notre sensibilité vulnérable. Nous les avons érigés depuis notre petite enfance, et on les retrouve en principe chez tout le monde, dans nos réactions face à l’adversité. Cela va du caméléon, qui nie ses propres pensées pour se conformer à celles de la personne qui est en face de lui, au berger allemand, qui réagit en agressant son interlocuteur ! Tous ces mécanismes de défense sont révélateurs de blessures, et empêchent une véritable communication. Ils nous empêchent d’être nous-mêmes, ils nous manipulent et peuvent manipuler les autres. Lorsqu’ils sont disproportionnés par rapport à la réalité, ils deviennent vraiment handicapants.

Comment les annihiler, puisqu’ils nous handicapent dans nos relations avec les autres ?
On ne guérit pas de nos blessures, en revanche, et c’est l’objectif de mon livre, on peut en prendre conscience, on peut les dépasser, on peut s’en faire des alliées. On ne peut pas prétendre se libérer de nos mécanismes de défense, parce qu’on vit dans un monde où l’on est continuellement en combat. Donc on doit se protéger. Et les mécanismes de défense sont comme les anticorps dans le sang : ils ne dépendent pas de nous. Il faut que ces anticorps existent pour faire front au virus. Notre être psychique fabrique des mécanismes de défense pour faire front à ce qui nous arrive.
Tout l’enjeu est de prendre conscience de ces mécanismes de défense lorsqu’ils nous handicapent, et ce notamment grâce aux remarques des autres. Il arrive qu’on nous dise : « Avec toi, on n’arrive jamais à parler sérieusement, tu tournes tout en dérision ! » ou « Pourquoi réagis-tu toujours sur la défensive comme si je t’agressais ? » Ce sont des signes qui doivent nous alerter, pour commencer un travail sur soi.

Comment mener ce travail sur soi et apprendre à être soi-même ?
La psychologie peut nommer, faire prendre conscience, mais elle n’est pas suffisante pour combattre. C’est là où la spiritualité est intéressante parce qu’elle nous donne des pistes pour se purifier. Les vertus, les sacrements, un accompagnement spirituel, l’action de l’Esprit saint prennent ici tout leur sens. L’accompagnement spirituel ne remplace pas l’accompagnement psychologique, ils sont complémentaires. Mais parfois, on reste trop cantonné à la sphère psychologique, et on oublie de s’ouvrir à l’aide de Dieu. Or plus on est en Dieu, plus on devient Fils, et plus l’Esprit saint nous éclaire. Apprendre à être soi-même, c’est avoir le courage d’être à l’écoute de ce que les autres me disent, de ce que je ressens, de s’ouvrir à Dieu. Laisser Dieu m’éclairer et me purifier demande de l’humilité. Apprendre à être soi-même est une quête de la vérité, c’est un travail de toute une vie !

EdB

Le courage d’être soi-même, Joël Pralong, Éditions des Béatitudes, janvier 2018, 144 pages, 12.50 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.