Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 12 mai |
Saint François Jérôme (de Geronimo ou de Girolamo)
home iconFor Her
line break icon

Impliquer les enfants dans les tâches ménagères contribue à leur bonheur futur

BOY DISHWASHER

Sergey Novikov - Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 09/03/18

C’est une des conclusions apportées par l’étude sur le bonheur, menée par Harvard durant 75 années, et dont les résultats ont été révélés fin 2015.

En novembre 2015 a abouti une longue étude longitudinale, intitulée The Harvard Study of Adult Development, menée sur une période de 75 ans aux États-Unis. Des chercheurs de la Harvard Medical School ont suivi à la loupe le quotidien de 700 hommes, issus de deux échantillons distincts : l’étude Grant suivait des étudiants du collège Harvard des classes de 1939-1944, et l’étude Glueck s’intéressait à des jeunes défavorisés non-délinquants, qui avaient grandi dans les quartiers de Boston entre 1940 et 1945.

L’étude Harvard sur le bonheur

Alors que, généralement, les études s’arrêtent au bout d’une dizaine d’années, faute de moyens, dans le cas présent, pas moins de quatre directeurs d’étude se sont succédés depuis 1938 pour mener à bien les recherches en vue de percer le secret du bonheur et déterminer ce qui contribue à une vie longue, saine et heureuse. Résultat des courses, ce ne sont ni la richesse, ni la célébrité qui rendent heureux, mais la qualité des relations avec son entourage.


Sports for peace

Lire aussi :
Trouver le bonheur dans la simplicité

L’étude se penche notamment sur le rapport entre l’enfance et l’âge adulte. Les résultats révèlent qu’une enfance malheureuse n’est pas rédhibitoire pour être heureux à l’âge adulte. Néanmoins, ils démontrent qu’une enfance heureuse, incluant une certaine cohésion familiale et des relations maternelles chaudes, est source de force pour la vie. L’étude affirme que l’engagement des enfants dans des activités sportives, dans des clubs et dans les tâches ménagères contribue à leur épanouissement futur.

Les tâches ménagères développent le sens de la responsabilité

Ménage, rangement, repas… Faire participer les enfants aux tâches ménagères développe selon l’étude leur sens de la responsabilité et leur apprend à faire des choses même quand ils n’en ont pas envie. C’est également les sensibiliser aux valeurs d’entraide et de respect d’une « maison commune ». C’est leur apprendre à coopérer pour réussir ensemble.




Lire aussi :
Mon mari est-il un pervers narcissique ou « seulement » un gros égoïste ?

En accomplissant ce que nous appelons des « corvées » ménagères, l’enfant se sent utile et compétent, et même valorisé lorsque vous le félicitez. C’est la raison pour laquelle des grands éducateurs avaient déjà élaboré des pédagogies basées sur la responsabilité et l’autonomie des enfants. C’est le cas des pédagogies de Célestin Freinet et de Maria Montessori. Les tâches ménagères, telles que nettoyer la table après avoir fait de la peinture ou arroser une plante, sont l’occasion d’un apprentissage à la fois technique et social pour l’enfant, investi d’une mission par rapport aux autres.

Les succès professionnels liés aux tâches ménagères faites enfant

Dans une conférence-vidéo percutante datant de novembre 2015, Julie Lythcott-Haims, mère de deux adolescents et auteur du best-seller Comment éduquer un adulte, affirme que l’enfance doit être « bâtie sur l’amour et les tâches ménagères», et non sur l’inquiétude des bonnes notes et de la bonne université.

Le public rit, mais elle enchaîne : « L’étude Harvard a démontré que les succès professionnels sont liés aux tâches ménagères faites enfant. Et que plus tôt ils commencent, mieux c’est. (…) En sortant les poubelles ou en faisant la lessive, les enfants réalisent que dans la vie, ils doivent travailler. Ranger leur chambre, faire leur lit, ce sont des petites tâches qu’un enfant peut faire aisément. Des petites tâches aujourd’hui qui peuvent avoir un grand impact sur l’adulte qu’il sera demain. En lui confiant ces corvées, vous lui montrez que certains travaux doivent être faits, vous lui apprenez le sens du travail d’équipe et de la coopération ».

Tags:
ÉducationEnfants
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
2
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
3
Camille Yaouanc
Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal
4
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
5
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
6
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
7
PADRE PIO,I ABSOLVE YOU
Philip Kosloski
La puissante prière de guérison de Padre Pio
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement