Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Comment rendre un père en déplacement présent dans le cœur de son enfant

FAMILY ALBUM
Partager

Parce que les aléas de la vie ou les obligations professionnelles font que parents et enfants peuvent être séparés pendant quelque temps, il existe des moyens afin de préserver le lien affectif qui les unit. Des parents confient leurs bonnes idées.

Certains parents, père ou mère, sont amenés, pour des raisons personnelles ou professionnelles, à quitter le foyer familial durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Ils ont à cœur de maintenir un lien fort avec leur enfant pendant le temps de la séparation, malgré la distance géographique. Voici des techniques mises en place par certains couples, pour la plupart dont le mari est militaire, afin de rendre le père présent dans le cœur de ses enfants.

La frise chronologique

Marie I Facebook

Le concept est simple : une feuille par mois, sur laquelle on inscrit les activités et les événements du mois… jusqu’au retour du parent absent. La frise permet à l’enfant de visualiser les périodes présence/absence, de patienter sereinement, et de se repérer dans le temps. Comme l’a fait Marie ci-dessus, n’hésitez pas à user de dessins, de photos et de codes (d’autant plus si l’enfant ne sait pas encore lire) pour représenter la vie de famille.

Le sac à bisous

De nombreux parents utilisent le sac à bisous lorsqu’ils s’absentent. Lucie explique qu’il s’agit d’un sac en tissu contenant des « bisous » de la part du parent absent, représentés par des motifs en tissu, en forme de cœur ou de bouche. Il y a autant de bisous que de jours d’absence. On en sort un tous les soirs, et cela signifie que c’est papa ou maman qui l’embrasse.

Les lettres

LETTER WRITING
Gajus I Shutterstock

Le procédé paraît dépassé à l’heure des nouvelles technologies, mais lorsque la communication est compliquée, à cause du décalage horaire ou des moyens mis à disposition lorsqu’on est à l’étranger, la lettre reste le meilleur moyen pour converser et raconter ses semaines. Mélanie, fille de militaire, raconte qu’elle « lui écrivait tous les jours un peu sa journée… et la lettre partait à la fin de la semaine ! ». Ainsi, son père était présent dans son esprit chaque jour.

La boîte à bonbons

JAR CANDIES
ThamKC I Shutterstock

Afin de remonter le moral de toute la tribu, de représenter le temps qui passe et de gérer l’impatience du retour, on peut instaurer le principe de la boîte à bonbons. Albane et Émérentienne, adeptes du principe, expliquent : « Un bonbon par jour et par enfant jusqu’à son retour. » De cette manière, on compense l’absence… par le sucre, et on visualise le retour d’un coup d’œil… gourmand.

Les photos

FAMILY ALBUM
Halfpoint I Shutterstock

Quoi de plus parlant que des photos et autres supports, idéal pour raconter les bons moments passés en famille ? Albums, magnets, T-shirts, mugs, coussins, aujourd’hui on peut tout customiser ou presque. Plusieurs mères témoignent de l’utilité des photos pour maintenir le lien.

Maëlle : « Avec mon fils qui a moins de 2 ans, on regarde les photos de vacances, et il a une photo de son papa dans son lit. » Mathilde : « Je fais des albums photos pour les enfants, des magnets à coller sur le frigo, des coussins avec une photo de l’enfant et de son papa, des nounours avec sur le t-shirt une photo de papa. » Mayla : « Une belle photo de l’enfant avec son papa, imprimée format A5 et plastifiée. Ainsi, elle peut traîner un peu partout ! »

La prière du soir

FAMILY PRAY
Corinne SIMON I CIRIC

De nombreux parents croyants instaurent pendant la prière du soir une intention particulière pour le père ou la mère qui n’est pas là. Ceci permet de prier pour lui et de créer un lien spirituel, sous le regard du Seigneur, entre tous les membres de la famille. Mathilde confie qu’ils disent une « prière spéciale le soir quand il n’est pas là. »

Ne jamais cesser de parler, expliquer

FATHER SON
George Rudy - Shutterstock

On pourrait être tenté de se dire, je ne parle pas trop de papa ou de maman qui n’est pas là, pour éviter les coups de cafard ! Mais les parents déjà confrontés à l’absence longue durée sont unanimes, il est primordial de parler à l’enfant du parent absent, d’expliquer les raisons de son départ, et d’insister sur le fait que bien qu’absent, il l’aime. Emérentienne raconte : « J’explique bien que papa travaille, et qu’il l’aime fort pour ne pas qu’elle croit qu’il l’a abandonnée ! » Albane : « Je leur parle souvent de leur papa, et leur dis et redis que papa les aime même s’il n’est pas là ! »

Lui donner sa place au quotidien

TOOTHBRUSHES
Garsya I Shutterstock

Parler de lui tous les jours, faire des références à ce qu’il aime, se rappeler des moments passés ensemble, se projeter lorsqu’il sera là, sont autant de réflexes qui ancrent le parent absent dans le quotidien. Ainsi, Marie-Armelle confie : « On lui donne sa place au quotidien, en disant “comme papa”, “papa aime bien ça”, “tu montreras ça à papa” ».

Et Mathilde de souligner : « Rendre papa présent au quotidien, c’est important pour garder une continuité et une unité familiale. Même si papa n’est pas là, la famille existe, et papa en fait partie même quand il n’est pas là. » Très concrètement, Clothilde donne quelques astuces : il est important de « garder le papa présent dans les détails et le vocabulaire du quotidien : sa brosse à dents reste dans la salle de bain, comme son rasoir, on parle de la chambre de papa et maman…»

Abuser des nouvelles technologies

Goodluz/Shutterstock

Aujourd’hui, les nouvelles technologies permettent de créer du lien et de garder le contact. À chacun de choisir l’outil, la fréquence et la durée des appels, mais ils semblent indispensables pour l’unité familiale. Albane, femme de militaire, conseille de « trouver le moyen et le rythme de communication qui nous est propre, et de rester connecté autant que possible. Sinon, chacun fait sa vie dans son coin. »

Marie précise : « À 20 mois, voir son papa sur WhatsApp ne la peine pas, elle est ravie, alors je le fais tous les deux jours environ. Ça se passe bien en général. » Aurélie : « Un appel visio tous les 15 jours d’environ 30 minutes pour garder le lien. » Anne-Virginie : « Quand Damien est parti en Chine pendant 3 mois, c’était difficile d’avoir les enfants au téléphone et sur WhatsApp à cause du décalage horaire mais je leur donnais des nouvelles au petit déjeuner, et on s’envoyait régulièrement des messages et des photos par téléphone. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]