Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vols et dégradations : série noire pour une dizaine d’églises de l’Ouest

© Wikipedia
Église de Plouharnel.
Partager

Depuis la mi-février, dix églises situées dans le Morbihan et en Loire-Atlantique ont été dépouillées et dégradées. Deux suspects ont été interpellés le jeudi 1er mars par la gendarmerie de Saint-Nazaire.

C’est une vraie malédiction qui pesait sur les églises du Morbihan et de Loire-Atlantique depuis le mois de février dernier. Une dizaine d’églises, voire plus, ont été pillées et dégradées pendant plusieurs semaines sans que la gendarmerie n’arrive à retrouver les coupables. C’est désormais chose faite : deux suspects ont été interpellés par la gendarmerie et mis en détention provisoire à Saint-Nazaire, le 1er mars dernier. Actuellement, une information judiciaire pour vol en réunion avec effraction a été ouverte.

Les deux suspects, originaires de Saint-Dolay (Morbihan), ont avoué avoir volé et dégradé, en pleine journée, quatre églises dans le Morbihan ainsi que six en Loire-Atlantique. Les gendarmes ont tout de suite effectué des perquisitions à leur domicile et ont retrouvé un véritable butin. L’ensemble des objets s’élèvent à plusieurs milliers d’euros et une bonne partie a, malheureusement, déjà été écoulée.

Vols et profanations en série

Les pillages ont commencé le 18 février dans le Morbihan avec l’église Saint-Martin à Arzal — près de Vannes —, qui a vu son tabernacle profané, tout comme l’église de Marzan. Au niveau de la presqu’île de Quiberon, c’est l’église de Plouharnel et celle de Sarzeau qui ont été les victimes des deux malfrats. À Sarzeau, saint Saturnin a vu sa statue dépouillée d’une pièce de verre qui ornait son buste.

Quelques jours après, entre le 21 et le 22 février, les voleurs se sont attaqués à plusieurs églises de Loire-Atlantique. Au total, six églises ont été dégradées : Savenay, Campbon, Chapelle-Launay, Quilly, Herbignac et Saint-Gildas des bois. Parmi les objets volés, on compte un ostensoir, un calice et des chandeliers.

« Lorsque nous avons su que les clochers de Savenay et La Chapelle-Launay ont été la cible de vols, nous avons décidé de fermer toutes les églises de notre paroisse », a confié le père Jérôme Rialland, curé de la paroisse de Saint-Martin du Sillon, à Ouest-France

Les églises en position de faiblesse

Plus que les musées ou les châteaux, les édifices religieux demeurent les endroits les plus touchés par le vol. Un constat alarmant lorsque l’on sait que les églises possèdent la plus grande partie du Patrimoine protégé au titre des Monuments historiques. Malheureusement les édifices religieux présentent de sérieuses faiblesses concernant la sécurité et il est souvent impossible pour une petite commune de payer une équipe de gardiennage 24h/24. Derniers recours pour les paroisses ? Fermer les petites églises de campagnes. Ce qui a pour conséquences que les fidèles ou les visiteurs trouvent, bien souvent, portes closes.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]