Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Saint-Sépulcre a rouvert ses portes

Partager

À Jérusalem, le Saint-Sépulcre a rouvert ses portes ce 28 février après une rarissime fermeture de trois jours.

La fin d’un bras de fer. Les portes du Saint-Sépulcre ont été ouvertes pour la première fois depuis dimanche, autorisant des milliers de pèlerins à pénétrer le lieu saint. Dès mardi soir, les Églises grecque orthodoxe, arménienne et catholique qui se partagent la gestion du sanctuaire avaient annoncé cet épilogue : « Nous remercions Dieu pour le communiqué diffusé plus tôt par le Premier ministre et exprimons notre gratitude à tous ceux qui ont travaillé sans relâche afin de conserver la présence chrétienne à Jérusalem ».

Quelques heures plus tôt, le gouvernement de Benjamin Netanyahu avait annoncé la suspension de la collecte des taxes ainsi que de l’examen d’une proposition de loi qui avaient entraîné la colère des Églises et la fermeture du Saint-Sépulcre. Depuis lors, des milliers de pèlerins et voyageurs du monde entier trouvaient portes closes et improvisaient des prières sur le parvis. La fermeture du lieu saint n’avait que de rarissimes précédents au cours des trente dernières années.

Un groupe de travail

Cette fermeture était à la mesure de l’inquiétude des chefs des Églises. Ces derniers dénoncent notamment la décision récente de la municipalité israélienne de Jérusalem de leur faire payer des impôts sur une partie de leurs biens immobiliers. Elles avaient alors dénoncé la volonté des autorités de vouloir remettre en cause la présence chrétienne sur place et souligné comment les institutions chrétiennes directement visées (hôpitaux, écoles…) contribuaient à la vitalité de la ville Sainte.

Benjamin Netanyahu et le maire de Jérusalem Nir Barkat se sont entendus sur la création d’un groupe de travail « qui négociera avec les Eglises une solution » tandis que un de ses ministres de se pencher sur la question des ventes de terrains. En attendant, « toute activité législative sur ce sujet est suspendue ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]