Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

« J’ai vu mourir Padre Pio… »

Padre Pio's Cell
Partager

Avant la visite du pape François sur les deux lieux emblématiques de la vie du saint, le 17 mars, petit récit de l’infirmier qui assista au décès du frère capucin.

Dans quelques jours le pape François se rendra à Pietrelcina et San Giovanni Rotondo, dans le cadre du centenaire de l’apparition des stigmates de Padre Pio et du cinquantième anniversaire de sa mort. L’occasion de revenir sur ce 23 septembre 1968 où l’héritier spirituel de saint François d’Assise quitta cette terre après avoir consacré toute sa vie au salut des âmes.

Dans sa cellule au couvent de San Giovanni Rotondo, dans la nuit du 22 au 23 septembre, l’infirmier Pio Miscio est de garde à l’hôpital Casa Sollievo della Sofferenza, l’hôpital fondé par le saint frère capucin. Padre Pio est en fin de vie. L’infirmier court derrière le médecin, Giovanni Scarale, avec l’aspirateur qui doit aider le mourant à respirer.

Cette fameuse nuit…

Il est deux heures du matin. Quelques heures plus tôt, Padre Pio avait célébré la messe solennelle du cinquantenaire de ses stigmates. Autour du saint, se trouvent, son médecin traitant, le supérieur du couvent et une poignée de frères capucins. Padre Pio est assis dans son fauteuil, pâle et le souffle court. Le docteur Scarale, pour l’aider à respirer, pose sur son visage un masque d’oxygène.

L’heure est dramatique, rapporte l’infirmier qui assiste en silence à la scène. « J’étais près du radiateur et assistais à ces moments sans rien faire, dit-il. Avant de perdre conscience, Padre Pio répétait inlassablement Jésus Marie, Jésus Marie… sans écouter ce que lui disait le médecin. « Il avait le regard dans le vide », témoigne l’ancien infirmier, « puis il s’est évanoui et toute tentative de le réanimer fut vaine ».

« J’ai la tête vide… »

Padre Pio est mort dans les bras du docteur Scarale. Et l’infirmier, rappelé à l’hôpital, a dû alors quitté la cellule. Sur le chemin du retour, un journaliste l’arrête pour l’interroger, mais trop ému, Pio Miscio poursuit son chemin répétant « Mais que puis-je vous dire, j’ai la tête vide… ».  L’homme est choqué.

Lui et le docteur Scarale sont les deux seules personnes encore en vie à avoir assisté aux derniers instants de Padre Pio. Ce qu’il n’a peut-être pas vu mais que nous pouvons ajouter c’est le moment où, après la mort du saint frère capucin, le docteur Scarale « a fait glisser les gants des mains du défunt et les souliers de ses pieds », constatant alors avec surprise que « les stigmates avaient disparu sans laisser la moindre cicatrice » (Une année avec Padre Pio)

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.