Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les Églises chrétiennes ferment le Saint-Sépulcre à Jérusalem

GALI TIBBON / AFP
Pèlerin priant devant la porte close du Saint-Sépulcre dans la vieille ville de Jérusalem le 25 février 2018./ AFP PHOTO / GALI TIBBON
Partager

Le Saint-Sépulcre de Jérusalem est fermé lundi pour la deuxième journée consécutive. Les représentants des Églises grecque orthodoxe, arménienne et catholique, en charge de ce lieu saint, entendent protester contre des dispositions fiscales et législatives qui visent directement les biens des Églises.

Le Saint-Sépulcre n’accueillera plus de pèlerins jusqu’à nouvel ordre. Ainsi en ont décidé dimanche les chefs des Églises en charge du statu quo sur les sanctuaires des principaux lieux saints chrétiens. Pour l’annoncer, le patriarche grec orthodoxe Theophilos, le Custode de Terre Sainte, frère Francesco Patton, et un représentant du patriarche arménien apostolique, Nourhan Manougian, tous trois devant la basilique du Saint-Sépulcre portes closes, un communiqué à la main.

La durée de fermeture du lieu le plus saint de la chrétienté reste indéterminée. Les chefs des différentes Églises entendent marquer de cette façon leur forte opposition contre les mesures fiscales souhaitées par la municipalité de Jérusalem. Ils pointent également du doigt le « projet de loi sur les terres des Églises » en cours d’examen à la Knesset.

Effet boomerang

« Trop c’est trop ! », « Arrêtez de persécuter les Églises ! », lit-on  sur les affiches de chaque côté du Saint-Sépulcre.  Cette décision des chefs chrétiens intervient douze jours après une première déclaration commune, le 14 février dernier, qui n’a eu pour effet qu’une réaction de rétorsion de la part du maire de la ville, Nir Barkat, qui a fait geler plusieurs comptes en banque des Églises, les empêchant de facto de poursuivre leurs missions dans la ville.

« Ces actions violent les accords existants et les obligations internationales qui garantissent les droits et les privilèges des Églises, dans ce qui semble être une tentative d’affaiblir la présence chrétienne à Jérusalem », réagissent à nouveau les Églises d’une seule voix. Particulièrement inquiétant, selon eux, le projet de loi sur les terres des Églises qui « vise uniquement les propriétés de la communauté chrétienne en Terre sainte ». Jugé « discriminatoire et raciste », les chefs religieux s’inquiètent dans un communiqué de la ressemblance d’un tel projet avec « toutes les lois de même nature qui ont été adoptées contre les Juifs pendant les périodes sombres en Europe ».

Troisième fermeture en 28 ans

La décision de fermer les portes du Saint-Sépulcre est rare. En 1990, il avait été fermé avec d’autres sites chrétiens pour protester contre l’installation de colons près de la basilique. Neuf ans plus tard, les sites chrétiens avaient été de nouveau fermés pour protester contre la construction d’une mosquée à proximité de la basilique de l’Annonciation à Nazareth. Dimanche, certains pèlerins, se sont agenouillés et ont prié tandis que des barrières étaient donc installées autour de l’entrée du Saint-Sépulcre. Construit sur le tombeau du Christ, ce lieu est fréquenté chaque année par des centaines de milliers de visiteurs.

D’autres lieux saints chrétiens pourraient eux aussi garder les portes closes, alors qu’il y a quelques jours à peine , la Custodie de Terre Sainte, se réjouissait de « l’incroyable » retour des pèlerins sur ces lieux, avec un pic record de 26 000 visiteurs rien qu’en janvier dernier.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]