Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Avant de devenir évêque de Rome, saint Pierre fut d’abord évêque d’Antioche

st. Peter the apostle
By Renata Sedmakova | Shutterstock
Partager

Saint Pierre est bien sûr connu comme étant le premier évêque de Rome, le premier pape de l’Église catholique. Mais avant cela, celui que l’on surnomme aussi "le prince des apôtres" exerça son ministère dans la ville historique d’Antioche, berceau de la chrétienté , située au sud de l’actuelle Turquie.

Saint Pierre n’a pas toujours été évêque de Rome. En effet, à l’époque du Christ, Antioche fut préférée à Alexandrie comme capitale orientale de l’Empire romain, en devenant une ville clé. Dans les décennies qui suivirent la mort de Jésus, elle devint aussi un point d’attache important pour les premiers Juifs fidèles au Christ fuyant Jérusalem suite à la lapidation de saint Étienne. Pierre s’y rendit donc pour répondre aux besoins spirituels de ces nouvelles communautés, qui reçurent d’ailleurs à Antioche le nom de chrétiens pour la première fois (Ac 11, 26).

Si l’on en croit la Légende dorée de Jacques de Voragine, un ouvrage du Moyen-Âge regroupant de nombreuses vies de saints, Pierre se rendit donc à Antioche pour y prêcher la Bonne Nouvelle, mais se heurta au gouverneur de la ville, Théophile, qui l’accusa de corrompre son peuple et le fit emprisonner.

La libération de Pierre

Saint Paul, ayant appris que Pierre avait été fait prisonnier, se rendit auprès de Théophile pour essayer de gagner sa confiance. Il eut la possibilité de rendre visite à Pierre et implora Théophile de le libérer. Théophile refusa, mais fut intrigué par les propos de Paul affirmant que Pierre avait la capacité de ressusciter les morts. Il accepta de faire libérer Pierre à condition que celui-ci ressuscitât son fils.

Or par l’intercession de Pierre, le miracle eut lieu et le fils du gouverneur revint à la vie. Pierre obtint la liberté et put exercer librement son ministère dans la ville d’Antioche. Théophile se convertit, et il semblerait que, quelques années plus tard, ce soit à lui que saint Luc ait adressé le livre des Actes des Apôtres suite à la demande du gouverneur de lui raconter ce qu’il savait sur le Christ.

Sept ans de prêches

Quelle que soit la part de légende de ce récit, il semblerait que saint Pierre ait prêché l’Évangile à Antioche pendant sept ans et en soit devenu le premier évêque avant de partir pour Rome. Souhaitant pouvoir entendre ses prédications, les habitants d’Antioche firent bâtir une église dans laquelle ils lui érigèrent une chaire afin qu’il soit placé au-dessus de la foule pour enseigner.

Au cours des siècles qui suivirent la mort de saint Pierre, il fut de tradition pour les évêques de célébrer l’anniversaire de leur première consécration. L’Église établit le 22 février comme jour anniversaire de la consécration de saint Pierre comme évêque d’Antioche. Ce jour fut donc consacré à « la chaire de saint Pierre à Antioche », en commémoration de la chaire qui lui avait été érigée pour prêcher et qui lui conféra le statut d’évêque.

Avec le temps, cette fête fut associée à celle de « la chaire de saint Pierre à Rome » pour n’en devenir qu’une seule, « la chaire de saint Pierre » que nous fêtons toujours le 22 février.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]