Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Récompensés pour avoir sauvé d’une mort certaine les passagers d’un car

BUS ACCIDENT
Partager

À Strasbourg, Gilbert Sand et Pierre Klin ont été décorés de la « médaille du courage et du dévouement » ce 20 février. Leur fait d’arme : avoir empêché un car de tomber dans un précipice, avec ses 23 passagers, alors qu’il circulait sur une route d’altitude en Autriche.

Cinq mois après, l’émotion est toujours là. Le 23 septembre 2017, 23 habitants du village de Wimmenau (Bas-Rhin) ont échappé de justesse à une chute mortelle grâce à deux hommes : Gilbert Sand et Pierre Klin. Le bus circulait sur une route d’altitude près de Schwaz, dans le Tyrol, quand le conducteur s’est effondré en raison d’un malaise. Alors que le véhicule se dirigeait vers le précipice, Gilbert Sand s’est précipité afin d’écraser la pédale de frein (ce qui lui vaudra une fracture du tibia et une immobilisation de six semaines). Pierre Klin a quant à lui actionné le frein à main avant d’ouvrir les portes du bus et fait sortir tous les passagers.

Pour les remercier de cet acte de courage et de bravoure, Jean-Luc Marx, préfet du Bas-Rhin, leur a remis la médaille d’honneur ce 20 février à l’hôtel préfectoral de Strasbourg. Il a notamment salué le « courage » de Gilbert Sand qui « a permis de sauver 23 personnes d’une mort presque assurée » et éviter « le drame de familles endeuillées ».

Pour mémoire, la médaille d’Honneur pour Actes de Courage et de Dévouement récompense « toute personne qui, au péril de sa vie, se porte au secours d’une ou plusieurs personnes en danger de mort ». Ces premières médailles, appelées à l’époque médailles de sauvetage, ont été décernées sous Louis XIV. Leur attribution s’est perpétuée depuis sous différentes formes. Aujourd’hui, elle est décernée par les préfets à partir d’un procès verbal transmis par des services se secours ou de police ainsi que divers témoignages.

« J’ai fait ce qu’il fallait »

« Nous allons fêter cette médaille, nous retrouver tous ensemble après. Cette histoire nous a soudés, encore plus qu’avant », a expliqué Marc Ruch, maire de Wimmenau présent lui aussi dans le bus ce jour-là, à France 3 régions. « Chaque fois qu’on en reparle, l’émotion remonte, a également témoigné Gilbert Sand, c’était quand même très, très fort ce que l’on a vécu ce jour-là. Après, je ne m’associe pas le terme de héros. J’ai fait ce qu’il fallait compte tenu de là où j’étais placé c’est tout. Mais je suis honoré de recevoir cette médaille. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.