Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 06 mars |
Sainte Colette de Corbie
home iconSpiritualité
line break icon

L’ascèse, un vilain mot ?

KATSKHI PILLAR

Andrei Bortnikau | Shutterstock

Isabelle Cousturié - Publié le 21/02/18

Durant le Carême, le chrétien est appelé à pratiquer l’ascèse. Pour beaucoup ce terme est associé à des privations surhumaines. Alors qu'il s'agit en réalité plutôt d'exercices qu'il est possible de comparer à un entrainement.

L’ascèse, voilà le véritable contenu du Carême. Le mot est pourtant tombé en désuétude tant il renvoie aussitôt à des efforts surhumains, des renoncements, des flagellations, des jeûnes particulièrement rigides. De quoi faire un peu peur. Or ce mot, qui signifie en grec « entraînement, exercice, pratique, genre de vie », semble particulièrement adapté à notre époque centrée sur la maitrise du corps. Aujourd’hui, on vante la pratique régulière du sport, on recommande la discipline alimentaire. A la lumière de ces priorités, l’ascèse mérite une redécouverte.

L’ascèse c’est quoi ?

L’ascèse est une pratique du corps et de l’esprit qui cherche à tendre vers la perfection, par le renoncement ou l’abnégation. Dans l’Antiquité elle était recommandée pour atteindre un idéal salutaire, gagner en bien-être, sagesse et bonheur… Aujourd’hui elle se résume à un exercice par rapport à Dieu et par rapport à l’autre. Elle permet de trouver le bon équilibre entre occupations matérielles et occupations spirituelles.


MICHEL ZINK

Lire aussi :
Michel Zink : « L’Église a toujours encouragé le mariage d’amour »

Concrètement, il s’agit de se résoudre à une vie sobre et sans superflu avec une constance à toute épreuve. Mais attention. L’ascèse n’est pas une fin en soi. Il s’agit de ressentir le sens de ses actes et de discerner les événements de son existence. Cela exige un effort sur soi-même et le souhait d’améliorer ses faiblesses. Pourquoi ? Pour être plus disponible afin de nous consacrer à Dieu par la prière et aux autres par l’aumône.

Comme l’apôtre Paul, le coureur

Le père jésuite Dominique Salin évoque l’image d’un coureur s’élançant vers le prix qui lui est proposé. « On ne jeûne pas pour jeûner, on ne se prive pas pour le plaisir de se priver », dit-il, car alors cela serait « tomber dans un travers fondamental », qui a d’ailleurs été reproché au christianisme, « une forme de masochisme », consistant à s’imposer des souffrances et des privations, comme si « Dieu jouissait des souffrances qui nous surviennent, ou que nous nous infligeons pour lui faire plaisir ».


Carême

Lire aussi :
Petit mémo inspiré pour arrêter de juger son prochain

Non, l’ascèse c’est s’entrainer, le regard fixé sur le but à atteindre – la Résurrection du Christ –  en maitrisant ses pulsions et ses affects. C’est se hisser vers le haut, et se laisser pousser vers l’avant avec le Christ, en se disant, comme l’apôtre Paul : « Moi, si je cours, ce n’est pas sans fixer le but ; si je fais de la lutte, ce n’est pas en frappant dans le vide. Mais je traite durement mon corps, j’en fais mon esclave, pour éviter qu’après avoir proclamé l’Évangile à d’autres, je sois moi-même disqualifié ». (1 Co 9, 26-27).

Des fruits immenses

L’ascèse, résume Dominique Salin, c’est donc « parvenir à une maîtrise de soi qui laisse le contrôle de soi à un autre en soi, à la présence de Dieu en soi, à l’Esprit-Saint », c’est s’ouvrir à la Parole de Dieu, au Seigneur qui frappe à la porte et demande à entrer. Cela ne demande pas d’efforts extraordinaires car « il ne s’agit pas d’épater Dieu ». On peut commencer par de petites décisions toutes simples. Pas besoin d’exploit ascétique. Mais les fruits sont immenses : le croyant en sort plus ouverts aux autres, plus sensibles à leurs besoins, plus délicats et plus attentionnés. Donc pas de raison d’avoir peur. Pour une bonne ascèse, il suffit simplement de réfléchir aux moyens et décisions à prendre en toute liberté et de s’y tenir.


HAPPY YOUNG COUPLE

Lire aussi :
Quatre défis de Carême à relever en couple

Tags:
CarêmeÉglise
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
2
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
3
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – François en Irak : avec le vaccin de l’espéranc...
6
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
7
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement