Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En Irak, le pardon des chrétiens force l’admiration

chrétiens d'orient irak famille
© De ChameleonsEye / Shutterstock
Partager

Par leur foi en Jésus Christ et par leur propre histoire, les chrétiens d'Orient connaissent la force de la miséricorde. Un trésor inestimable et exemplaire pour leurs voisins.

Depuis 1400 ans, les chrétiens ont enduré des persécutions avec « foi et patience ». Ils ont subi des destructions, des tortures, des viols. Et pourtant, le chef de la communauté chaldéenne du Kurdistan irakien, Mgr Bashar Warda, archevêque d’Erbil (Irak),  ne se lasse pas d’évoquer le pardon que savent accorder les chrétiens.

À l’université jésuite de Georgetown, à Washington (États-Unis) le 15 février 2018, le prélat chaldéen a souligné la force de la miséricorde des chrétiens d’Orient. « Nous pardonnons à nos meurtriers au nom du Christ », proclame-t-il. Pour lui, la réconciliation est d’autant plus importante que les musulmans ont un rôle déterminant à jouer pour reconstituer les communautés chrétiennes menacées de disparition.

Témoins de l’Amour de Dieu

Les chrétiens ont reçu « la Bonne Nouvelle et le pardon de notre Seigneur Jésus Christ ». Ils ont par conséquent un témoignage primordial à apporter pour conserver la paix au Moyen-Orient, selon l’archevêque d’Erbil, qui va jusqu’à proposer d’ouvrir les écoles chrétiennes ou les centres éducatifs, « même à ceux qui nous ont torturés ». Des mots forts qui tranchent avec des années de drames à répétition et de plaies toujours vives.

Mais ce témoignage ne sera possible que par une franche coopération des musulmans. Ceux-ci doivent en premier lieu apprendre des chrétiens cette capacité à pardonner. « Apprenez ceci de nous, lance le prélat chaldéen, laissez-nous vous aider à guérir. Laissez-nous soigner nos pays blessés et torturés ». Pour y parvenir, les musulmans doivent enfin prendre conscience de l’enjeu de la présence des chrétiens d’Orient.

« Peut-être le dernier combat »

Il n’y aura pas d’avenir pour les chrétiens d’Orient, déplore Mgr Warda, si les musulmans ne viennent pas urgemment au chevet des minorités. Les musulmans sont ainsi appelés à reconstruire les communautés présentes de manière ancestrale, notamment dans la plaine de Ninive.

Il ne suffit pas uniquement de dire que l’État islamique n’a « rien à voir » avec l’islam, selon le responsable chaldéen encourageant les pays musulmans à « montrer leur solidarité ». Certaines voix se sont déjà élevées, mais elles doivent être encouragées, martèle-il. Il est salutaire de promouvoir un dialogue « honnête et respectueux » entre les chrétiens et les musulmans.

L’enjeu est en effet de taille, l’histoire des chrétiens irakiens pourrait bel et bien s’achever aujourd’hui. « Nous sommes en face d’une lutte existentielle en Irak ». « Peut-être le dernier combat », lâche Mgr Warda. Dans ce pays d’une antique tradition chrétienne fondée sur des lieux bibliques comme Our, Babylone ou Ninive et évangélisé par l’apôtre Thomas et ses compagnons, les chrétiens sont aujourd’hui moins de 200 000 contre environ un million en 2003. « Un chiffre malgré tout plus important que celui des premiers apôtres », observe-t-il.

Dans ce scénario, les puissances occidentales doivent également jouer un rôle plus actif. « Mais comment l’Occident s’impliquera-t-il ? », s’interroge le chaldéen. « Ma question n’est pas rhétorique, les chrétiens d’Orient veulent connaitre la réponse ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]