Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Saint-Fiacre du Faouët, le plus beau jubé de Bretagne

Le fouet, saint fiacre, jubé
© Wikimedia
Jubé de l'église Saint-Fiacre.
Partager

C'est au chœur de la petite chapelle Saint-Fiacre du Faouët (Morbihan) que se trouve le plus beau jubé de Bretagne.

Perdue en pleine campagne, aux alentours du Faouët, la chapelle Saint-Fiacre est un petit bijou de l’architecture flamboyante. Mais la plus belle des surprises se trouve à l’intérieur. À peine rentré, le visiteur est immédiatement frappé par le fabuleux jubé de bois polychrome. Sculpté entre en 1480 et 1492 par Olivier de Loërgan, ce dernier fut anoblit par le duc de Bretagne pour la qualité de son travail.

Les jubés, rares de nos jours en raison des destructions effectuées suite au Concile de Trente, demeurent des témoignages précieux de la liturgie catholique. Au Moyen Âge, le jubé servait de barrière à la fois symbolique et matérielle, pour isoler le choeur — espace le plus sacré de l’église — où officiait le clergé, de la nef où prenaient place les fidèles. Souvent muni d’une chaire à prêcher, le jubé pouvait également servir « d’estrade » au prêtre pour déclarer son sermon. La volonté du Concile de Trente (de 1545 à 1643) de mieux intégrer les fidèles et leur permettre de voir le déroulement de la messe poussa les églises à détruire les clôtures. Par chance, des petites chapelles, moins impactées par ces changements, ont vu leur jubé sauvegardé.

Le fouet, saint fiacre, jubé
© Wikimedia

Le jubé de Saint-Fiacre est un véritable livre d’images, offrant des représentations des vices et des péchés comme la tentation ou l’ivresse. Divisé en onze panneaux et soutenu par cinq ogives qui se terminent par des clefs pendantes en forme d’anges et de dragons, l’ensemble est d’une finesse incroyable. Des statues de la Vierge Marie et de saint Jean décorent les piliers centraux et encadrent la crucifixion placée plus haut. Le tout est peint dans des tons de rouge, de bleu, de vert et de jaune, ce qui lui donne cet aspect si saisissant. Il a été classé au titre des monuments historiques dès 1862.

© Wikimedia
Détail du jubé de l'église Saint-Fiacre.
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.