Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sans cet homme, la fête du Sacré-Cœur existerait-elle ?

Saint Claude de la Columbiere
Public Domain
Partager

Claude La Colombière, père jésuite canonisé en 1992, est fêté le 15 février. C'était un ardent défenseur du Sacré-Cœur de Jésus mais pas nécessairement comme on l'imagine.

Les sources sur la vie de ce fidèle serviteur de Dieu du XVIIe siècle sont rares. Mais si Jean Paul II a tenu à faire de Claude La Colombière (1641-1682) un modèle de sainteté, c’est qu’il reconnaissait en lui un précieux trésor pour l’Église et le monde. Car ce n’est pas tant dans les portraits que l’on fait de lui qu’il faut chercher un modèle, mais plutôt dans l’influence qu’il a eue sur d’autres, semble-t-il. Et l’on se rend assez vite compte que sa participation à défendre et répandre la dévotion au cœur de Jésus est (presque) aussi importante que celle attribuée à sainte Marguerite-Marie Alacoque, dont il fut le directeur spirituel et avec qui il entretiendra une étroite correspondance spirituelle.

Le « vrai et parfait ami »

Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690) n’a que cinq ans lorsque le Seigneur lui demande si elle veut être la messagère de son divin cœur. Et 24 ans quand il lui dit : « C’est ici que je te veux », en visitant le couvent de la Visitation de Paray-le-Monial. Elle y entre, mais mortifiée sans cesse par la mère supérieure qui se méfie d’elle après que celle-ci lui ai révélé ses visions. Les apparitions du Christ se poursuivent. La supérieure la prend pour une folle. Mais voilà qu’un beau jour, en 1675, Marguerite-Marie trouve enfin un allié : Claude La Colombière, de quelques années son aîné. Il vient d’être nommé supérieur de la résidence des Jésuites à Paray-Le-Monial. Son « vrai et parfait ami », comme elle l’appellera toute sa vie.

À cet homme si discret, et en même temps considéré comme un champion de la prédication tant il touchait les cœurs et son discernement était aigu, elle confie ses visions. Et le père Claude, sans hésiter, comprend qu’elles ne sont pas imaginaires. Il lui offre une oreille attentive et lui demande très vite d’écrire le récit des grâces qu’elle reçoit. Dans une de ses visions, Jésus l’avait promis : « Je t’enverrai mon fidèle serviteur et ami ».

Un appui inconditionnel

Cette année-là, a lieu la grande apparition. La jeune femme, prosternée devant le Saint-Sacrement, se voit demander d’obtenir l’instauration d’une fête en l’honneur du Sacré-Cœur et de dire au monde la profondeur de son amour blessé par le péché des hommes. Claude La Colombière promet à Marguerite-Marie un appui inconditionnel pour mener à bien cette tâche. Accroché aux deux piliers de son existence — sa confiance et la Miséricorde — il s’emploie à remplir sa mission et avec elle, ne cesse de proclamer autour de lui l’immensité de l’amour de Dieu.

Et en 1686, à force de prière, de patience et d’obéissance, Marguerite-Marie finit par obtenir que sa communauté honore le Sacré-Cœur au jour que le Seigneur lui a fixé : le premier vendredi d’après l’Octave du Saint-sacrement.

La freconnaissance par Marie

Mais lui, le père Claude n’est plus là. Il est mort le 15 février 1682, après trois années de tribulations et de souffrances en Angleterre, à un moment où les catholiques subissaient constamment les persécutions antipapistes. Il en est sorti malade et éprouvé, mais jamais il n’a cessé d’écrire à sa protégée pour l’encourager dans la mission qui lui était confiée.  En 1688, Marguerite-Marie raconte l’avoir vu dans une de ses visions. À ses côtés, les Filles de la Visitation, et de l’autre côté la Vierge Marie s’adressant à lui en ces termes de reconnaissance :

« Pour vous, fidèle serviteur de mon divin Fils,
vous avez grande part à ce précieux trésor;
car s’il est donné aux Filles de la Visitation
de le connaître et distribuer aux autres,
il est réservé aux Pères de votre Compagnie
d’en faire voir et connaître l’utilité et la valeur
afin qu’on en profite en le recevant
avec le respect et la reconnaissance
dus à un si grand bienfait. »

La substance de ces paroles figure en lettres d’or au-dessous de la mosaïque où les jésuites ont représenté la scène, dans leur chapelle de Paray-le-Monial. La solennité du Sacré-Cœur a été instituée par le pape Clément XIII en 1765 et étendue à toute l’Église catholique romaine par le pape Pie IX en 1856.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]