Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Carême : quarante jours de pénitence… pourquoi tant que ça ?

WALKING ALONE IN THE DESERT WITH FOOTSTEPS
By Openfinal | Shutterstock
Partager
Commenter

Quarante jours de pénitence séparent l’entrée en Carême du matin de Pâques. Le choix de cette durée n’est pas dû au hasard. Il correspond à un symbole particulier provenant de la Bible.

Le mot carême vient du latin quadragesima qui veut dire « quarantième », la quarantième partie d’un tout. En ancien français il est devenu quaresme qui a finalement donné Carême. Ce terme a été adopté par les chrétiens pour désigner les quarante jours que Jésus a passé dans le désert. Ces quarante jours, ce Carême, précède la mémoire de la mort et de la résurrection du Christ. Pour les chrétiens cette période est un temps de conversion, de pénitence, de jeûne qui précède la fête de Pâques.

Cette durée de quarante jours n’a pas été choisie au hasard puisqu’elle rappelle explicitement la période pendant laquelle Jésus lui-même a été éprouvé dans son humanité pour préparer son coeur à sa mission. Les Évangiles parlent de ces quarante jours à l’issue desquels le Christ sort victorieux des tentations. « Pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. » (Lc 4, 2, mais aussi dans Matt 4, 2 et Mc 1, 13). 

La victoire du Christ sur Satan dès cet épisode, prémisse de sa victoire sur la mort, invite les chrétiens à prendre son attitude comme modèle de lutte contre la tentation. C’est pour associer symboliquement les chrétiens à la vie du Christ que l’Église propose donc avec le carême de vivre quarante jours de pénitence, à l’image que ceux qu’a traversés Jésus après son baptême.

© Shutterstock

Un nombre symbolique

Le choix du nombre quarante est aussi très symbolique. Quarante ans, c’est le temps d’une génération à l’époque juive. Le nombre quarante symbolise ainsi une vie entière, une façon de rappeler aux chrétiens que la pénitence ne se cantonne pas à quelques jours du calendrier, mais est l’oeuvre d’une vie.

Certains objecteront que du mercredi des cendres au dimanche de Pâques, on ne compte pas quarante jours, mais quarante-six. C’est juste. Mais le dimanche, même en période de Carême, reste pour les chrétiens avant tout la mémoire de la résurrection du Christ. Les six dimanches qui précèdent Pâques sont exclus des quarante jours qui constituent le Carême. C’est la raison pour laquelle la célébration d’entrée en Carême tombe un mercredi… quarante-six jours avant Pâques.

Le nombre quarante dans la Bible

Dans la Bible, on retrouve d’autre épisodes qui durent quarante jours ou quarante années. Ils ont ce point commun d’être des périodes d’attente, de repentir, ou de maturité. Quoi de plus approprié à la période liturgique qui précède Pâques où l’Église invite les fidèles à concrétiser des efforts quotidiens, des privations, des résolutions particulières, à travers le jeûne, le partage, et la réconciliation.

© wikimedia

La Bible évoque ainsi les quarante jours de déluge au temps de d’Arche de Noé (Genèse 7,4), les quarante années du peuple de Dieu dans le désert conduit par Moïse (Ex 16,35), les quarante jours de Moïse sur la montagne en présence de Dieu (Exode 24,18), les quarante jours de marche d’Elie vers la montagne de Dieu (1 R 19,8) ou encore les quarante jours entre la Résurrection et l’Ascension, où Jésus est au milieu de ces Apôtres. (Ac 1,3).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]