Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Pour Raphaël Enthoven, « les défenseurs du miracle sont ici-bas les avocats du diable »

Capture d'écran Europe 1
Partager

« En parlant de miracle […] on augmente l’obscurité, on répand les ténèbres, et on fait basculer la religion dans la superstition », a affirmé ce 13 février le philosophe Raphaël Enthoven dans sa chronique matinale sur Europe 1. Des propos qui ont provoqué une vive polémique sur les réseaux sociaux.

Raphaël Enthoven, philosophe et chroniqueur sur Europe 1, a encore frappé. Après avoir déclaré fin décembre que c’était par islamophobie que l’Église modifiait la traduction du Notre-Père, il est revenu à la charge sur les ondes ce 13 février en abordant, avec sa finesse légendaire, la question de la reconnaissance par l’Église catholique du 70e miracle de Lourdes ce dimanche.  « On prend vraiment les gens pour des imbéciles… et en plus ça marche », a-t-il lancé pour amorcer son ʺbillet d’humeurʺ.

S’interrogeant sur l’absence de « signe tangible de ʺl’intervention divine par l’intercession de Notre Dame de Lourdesʺ » que le comité médical et la commission diocésaine ne peuvent fournir, il conclut tout simplement que « c’est l’avantage de la superstition sur la science ». « En parlant de miracle, ce qui ne veut rien dire, c’est-à-dire en éclairant l’énigme par le mystère, on augmente l’obscurité, on répand les ténèbres, et on fait basculer la religion dans la superstition », a également déclaré Raphaël Enthoven avant de conclure : « Les défenseurs du miracle sont ici-bas les avocats du diable ».

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir croyants et non-croyants sur les réseaux sociaux.

« Je suis chargée de témoigner, pas de vous faire croire » a lancé ce mardi en conférence de presse la sœur Bernadette Moriau, 78 ans, atteinte pendant 40 ans d’une grave invalidité et dont la guérison miraculeuse en 2008 a été reconnue par l’Eglise catholique dimanche, jour du 160e anniversaire des premières apparitions mariales à Lourdes.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]