Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

L’enseignant muté pour avoir lu des textes religieux en classe a saisi le tribunal administratif

BIBLE GLASSES
Dariusz Sankowski I Unsplash
Partager

Matthieu Faucher, un instituteur de l’Indre, a été suspendu puis muté pour avoir lu à ses élèves de CM1 et CM2 des extraits de textes religieux. Accusé d’avoir « outrepassé la seule étude du fait religieux » avec ses élèves, cet enseignant, qui se définit comme agnostique, a fait appel auprès du tribunal administratif.

Un cas d’école ? Instituteur dans l’Indre, Matthieu Faucher, a fait l’objet en 2017 d’un déplacement contraint. Sa faute ? Avoir « exploité des sources religieuses inadaptées à l’âge de ses élèves et contraires aux principes de laïcité et de neutralité ». « L’étude répétée de textes directement issus de la Bible […] outrepasse la seule étude du fait religieux », précise ainsi le courrier signé du directeur académique Pierre-François Gachet.

Les jeunes générations et l’histoire

« Dans les années 1960 lorsque mon grand-père, lui-même professeur, abordait dans sa classe le baptême de Clovis, vous n’aviez pas un seul élève qui levait la main en disant, c’est quoi un baptême ?, tentait d’expliquer, en décembre dernier, Matthieu Faucher au micro de France Bleu. Aujourd’hui, sur 25 élèves j’en ai 20 qui vont lever la main, il y a une culture qui n’est plus transmise, il est nécessaire que l’école publique apporte cette culture afin de ne pas couper les jeunes générations de 1 500 ans d’histoire ».

Pour remédier à ces incompréhensions, l’enseignant a donc décidé « d’instaurer une étude littéraire d’extraits bibliques, à travers une dizaine de textes : la Genèse, le Déluge, certaines guérisons des Évangiles, détaille le Figaro. Un travail qui s’inscrit dans le cadre d’un projet sur les « mythes et légendes », recommandé dans les programmes. Son idée est alors « de répondre aux questions des enfants, de donner accès à cette culture tout en travaillant plusieurs points du programme de français et d’histoire ».

Recours gracieux

Cette initiative n’a malheureusement pas été du goût de tout le monde. Fin janvier 2017, une lettre anonyme dans laquelle des parents et grands-parents d’enfants scolarisés à Malicornay (Indre) dénoncent un « cas de prosélytisme religieux », est adressée à l’inspecteur de l’Éducation nationale. La machine est alors lancée : la commission disciplinaire lui reproche d’avoir « exploité des sources religieuses inadaptées à l’âge de ses élèves et contraires aux principes de neutralité et de laïcité» et cette utilisation « outrepasse la seule étude du fait religieux ». D’abord suspendu, l’enseignant sera finalement muté. Aujourd’hui, Matthieu Faucher conteste le principe de la sanction tout autant que la sanction même. Il a déposé un recours gracieux auprès du ministre de l’Éducation national, Jean-Michel Blanquer, et saisi le tribunal administratif de Limoges.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.