Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Père René-Luc : la parabole de l’illuminatoire ou que se passe-t-il au moment de la mort ?

Partager

Récits allégoriques, les paraboles s’avèrent être de puissants moyens d’annoncer la parole. Fondateur avec Mgr Carré de CapMissio, l’école de Mission de Montpellier, le père René-Luc a décidé d’utiliser le même moyen pour évangéliser.

« Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. […] Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. » Citant la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens, le père René-Luc s’intéresse dans cette vidéo à l’une des questions que ne cesse de se poser l’humanité : qu’y a-t-il après la mort ?

Le purgatoire, une « pédagogie divine »

« Notre âme est immortelle mais notre corps est mortel. La difficulté est d’accepter cette réalité. C’est pourtant un acte d’humilité » rappelle le père. À l’image du Christ qui a ouvert les portes de la mort et est ressuscité, notre âme va quitter notre corps et notre corps ressuscitera à la fin des temps. « Mais où suis-je exactement entre ma mort et la résurrection de ma chair, la résurrection finale ? », interpelle le père René-Luc.

L’Église catholique explique qu’il y a trois possibilités. « Si mon âme est entièrement remplie de la lumière de Dieu, comme celles des saints et des saintes, même si le corps est enterré l’âme va au ciel, au paradis », indique le curé. D’autres, certainement la majorité des gens, ne vont pas au ciel directement. Ils passent d’abord par… le purgatoire. « Les orthodoxes parlent d’illuminatoire, c’est-à-dire une pièce sombre dans laquelle on se trouve car on ne peut pas aller directement à la lumière. C’est pour ceux qui aiment le Seigneur mais qui ne peuvent pas allés tout de suite dans Sa lumière car ils seraient aveuglés. C’est de la pédagogie divine : le Seigneur ouvre progressivement la porte jusqu’à ce que nos yeux soient habitués à Sa lumière », souligne encore le père René-Luc. Enfin, il reste l’Enfer. Si ce lieu n’existait pas, cela voudrait dire qu’il n’y a pas de liberté. « L’Enfer, c’est dire non à Dieu », explique simplement le cofondateur de CapMissio.

« À nous, dès ici-bas, de vivre dans Sa lumière, invite le père René-Luc. Prenons la décision de suivre Jésus pour qu’au moment de le rencontrer nous ne soyons pas éblouis mais que nous puissions rayonner de son amour ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]