Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment savoir si je suis prête à avoir un enfant ?

COUPLE PREGNANCY
Heidy Sequera I Unsplash
Partager

Avoir un bébé est souvent un évènement né d’une envie, parfois d’une surprise de la vie. Toujours est-il que cela engendre des questions. La première est bien souvent "Suis-je prête à avoir un enfant ?".

S’il est un moment dans la vie où les choses changent de façon irréversible, c’est bien lors de l’arrivée d’un enfant ! Nouvelle organisation, nouvelles responsabilités, nouveau rythme, nouvelles priorités… Cela implique forcément des doutes, craintes, questionnements. Sommes-nous prêtes à vivre ces changements ? Y a-t-il des signes révélateurs qui pourraient nous aider à mieux définir notre désir d’enfant ? Des réflexions légitimes car c’est une décision qui n’implique pas que nous. Voici quelques idées qui pourraient vous aider à y voir plus clair, selon l’expérience de quelques parents et professionnels.

Le désir est là… pour les deux

Certaines personnes disent que la conception d’un enfant naît dès le moment où en apparaît le désir. Lorsque germe l’idée d’avoir un enfant, rien que le fait d’y penser et de commencer à l’exprimer constitue un signe que l’on se prépare à cette possibilité et que l’envie est là. Pourtant, Jean-Mary Jackono, ostéopathe ayant aussi étudié notamment  l’hypnose médicale et la sexologie à Paris, précise qu’il est bon de se poser une question : « pour quelles raisons veut-on un enfant ? ». En effet, il est primordial que cela ne soit pas sous le poids des « normes » de la société, sous la pression d’une horloge biologique… mais bien un désir profond. Lucie Schaffner, auxiliaire de puériculture en crèche, quant à elle, insiste sur le fait qu’il vaut mieux que « le conjoint soit lui aussi dans l’envie de concevoir ». En effet, c’est un projet qui se débute à deux, puis à trois, quatre… mais qui se réfléchit toujours initialement au sein du couple, d’un commun accord.

Le projet vous enthousiasme…

Rien que le fait d’y penser vous rend heureuse ? Excellent signe ! Si vous n’arrivez pas à y penser sans sourire, vous réjouir et avoir hâte, c’est que ce projet arrive à point. Malgré les épreuves ou les obstacles qu’il peut parfois y avoir, financièrement, logistiquement ou médicalement, l’idée d’avoir un enfant est une pensée qui vous procure du bien-être et même si vous devez attendre un peu, vous pouvez vous estimer prête mentalement. Attention cependant à faire la différence entre rêve et projet. Dans un rêve, les choses ne sont pas très concrètes et parfois impossibles, alors que lors d’un projet, les différents points importants sont pris en compte et vous en connaissez les enjeux, risques, conséquences et bénéfices. Lorsque vous vous sentez en confiance et pensez pouvoir offrir à un enfant ce dont il aura besoin, que vous sentez que vous êtes avec la bonne personne, quelques unes des conditions principales sont déjà réunies pour que vous vous sentiez prête !

COUPLE LEAVES
Savageultraligh I Shutterstock

…mais vous fait peur aussi

Pourtant, rien qu’à l’idée d’avoir un enfant, vous vous sentez peut-être effrayée. Plein de doutes, de questionnements, de craintes : vais-je y arriver ? Et si je n’étais pas à la hauteur ? Une multitude de questions vous envahissent sûrement, vous et votre partenaire. C’est tout à fait normal ! Cela prouve une certaine volonté de bien faire. Le simple fait de se demander si on est prête montre en effet que cela nous fait peur : essayez d’identifier ces craintes, de voir les solutions qui seront disponibles, et si pour le moment vous n’y voyez pas d’issue, accordez-vous du temps et suivez aussi votre instinct. Le bon moment n’existe jamais vraiment, il existe cependant des moments plus opportuns que d’autres. Pour concevoir et accueillir un enfant, il faut aussi que vous soyez dans un état d’esprit positif. Des craintes vis-à-vis du changement ou de la nouveauté que cela va apporter dans votre vie sont totalement légitimes et justifiées, d’autant plus si c’est un projet qui nous trottait dans la tête depuis un moment !

Vous avez de l’amour à donner

N’oublions pas avant toute chose, qu’un enfant est une bénédiction de Dieu : « Des fils, voilà ce que donne le Seigneur, des enfants, la récompense qu’il accorde » (Psaumes, 126.3). Lorsque vous sentez au fond de vous que vous serez apte à chérir et aimer un enfant, cela pourra vous réconforter dans le sentiment d’être prête pour cette aventure. De plus, si votre entourage vous perçoit déjà comme une personne aimante et qui ferait un bon parent, faites leur confiance. Un enfant a par-dessus tout besoin d’amour, et si vous vous sentez prête à lui en donner, c’est déjà une excellente chose !

J’ai déjà un/des enfants, suis-je prête pour un autre ?

À l’unanimité, les professionnels interrogés estiment que la réflexion de base est la même que l’on ait déjà des enfants ou non. Maria, mère de 3 enfants, ajoute néanmoins que le plus grand changement s’opère du passage de 0 à 1 enfant, plutôt que lorsqu’on agrandit la famille. Les questionnements portent également sur l’organisation, l’aspect financier, bien souvent. Pourtant, le fait d’envisager un autre enfant peut parfois effrayer un petit peu moins que lorsqu’on n’en n’a pas encore, car les parents en ayant déjà eu savent en quelque sorte à quoi s’attendre. Comme certains le disent souvent : « Quand il y a de la place pour deux, il y en a pour trois ! ». Cette phrase est à réfléchir, évidemment, selon la situation de chacun !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.