Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 07 mars |
Saintes Perpétue et Félicité
home iconFor Her
line break icon

Comment savoir si je suis prête à avoir un enfant ?

COUPLE PREGNANCY

Heidy Sequera I Unsplash

Fanny Leroux - Publié le 01/02/18

Avoir un bébé est souvent un évènement né d’une envie, parfois d’une surprise de la vie. Toujours est-il que cela engendre des questions. La première est bien souvent "Suis-je prête à avoir un enfant ?".

S’il est un moment dans la vie où les choses changent de façon irréversible, c’est bien lors de l’arrivée d’un enfant ! Nouvelle organisation, nouvelles responsabilités, nouveau rythme, nouvelles priorités… Cela implique forcément des doutes, craintes, questionnements. Sommes-nous prêtes à vivre ces changements ? Y a-t-il des signes révélateurs qui pourraient nous aider à mieux définir notre désir d’enfant ? Des réflexions légitimes car c’est une décision qui n’implique pas que nous. Voici quelques idées qui pourraient vous aider à y voir plus clair, selon l’expérience de quelques parents et professionnels.

Le désir est là… pour les deux

Certaines personnes disent que la conception d’un enfant naît dès le moment où en apparaît le désir. Lorsque germe l’idée d’avoir un enfant, rien que le fait d’y penser et de commencer à l’exprimer constitue un signe que l’on se prépare à cette possibilité et que l’envie est là. Pourtant, Jean-Mary Jackono, ostéopathe ayant aussi étudié notamment  l’hypnose médicale et la sexologie à Paris, précise qu’il est bon de se poser une question : « pour quelles raisons veut-on un enfant ? ». En effet, il est primordial que cela ne soit pas sous le poids des « normes » de la société, sous la pression d’une horloge biologique… mais bien un désir profond. Lucie Schaffner, auxiliaire de puériculture en crèche, quant à elle, insiste sur le fait qu’il vaut mieux que « le conjoint soit lui aussi dans l’envie de concevoir ». En effet, c’est un projet qui se débute à deux, puis à trois, quatre… mais qui se réfléchit toujours initialement au sein du couple, d’un commun accord.


young businessman

Lire aussi :
Comment accepter les choix d’orientation professionnelle de nos enfants ?

Le projet vous enthousiasme…

Rien que le fait d’y penser vous rend heureuse ? Excellent signe ! Si vous n’arrivez pas à y penser sans sourire, vous réjouir et avoir hâte, c’est que ce projet arrive à point. Malgré les épreuves ou les obstacles qu’il peut parfois y avoir, financièrement, logistiquement ou médicalement, l’idée d’avoir un enfant est une pensée qui vous procure du bien-être et même si vous devez attendre un peu, vous pouvez vous estimer prête mentalement. Attention cependant à faire la différence entre rêve et projet. Dans un rêve, les choses ne sont pas très concrètes et parfois impossibles, alors que lors d’un projet, les différents points importants sont pris en compte et vous en connaissez les enjeux, risques, conséquences et bénéfices. Lorsque vous vous sentez en confiance et pensez pouvoir offrir à un enfant ce dont il aura besoin, que vous sentez que vous êtes avec la bonne personne, quelques unes des conditions principales sont déjà réunies pour que vous vous sentiez prête !

COUPLE LEAVES
Savageultraligh I Shutterstock

…mais vous fait peur aussi

Pourtant, rien qu’à l’idée d’avoir un enfant, vous vous sentez peut-être effrayée. Plein de doutes, de questionnements, de craintes : vais-je y arriver ? Et si je n’étais pas à la hauteur ? Une multitude de questions vous envahissent sûrement, vous et votre partenaire. C’est tout à fait normal ! Cela prouve une certaine volonté de bien faire. Le simple fait de se demander si on est prête montre en effet que cela nous fait peur : essayez d’identifier ces craintes, de voir les solutions qui seront disponibles, et si pour le moment vous n’y voyez pas d’issue, accordez-vous du temps et suivez aussi votre instinct. Le bon moment n’existe jamais vraiment, il existe cependant des moments plus opportuns que d’autres. Pour concevoir et accueillir un enfant, il faut aussi que vous soyez dans un état d’esprit positif. Des craintes vis-à-vis du changement ou de la nouveauté que cela va apporter dans votre vie sont totalement légitimes et justifiées, d’autant plus si c’est un projet qui nous trottait dans la tête depuis un moment !




Lire aussi :
Comment les pères peuvent-ils aider la jeune maman après l’arrivée du bébé ?

Vous avez de l’amour à donner

N’oublions pas avant toute chose, qu’un enfant est une bénédiction de Dieu : « Des fils, voilà ce que donne le Seigneur, des enfants, la récompense qu’il accorde » (Psaumes, 126.3). Lorsque vous sentez au fond de vous que vous serez apte à chérir et aimer un enfant, cela pourra vous réconforter dans le sentiment d’être prête pour cette aventure. De plus, si votre entourage vous perçoit déjà comme une personne aimante et qui ferait un bon parent, faites leur confiance. Un enfant a par-dessus tout besoin d’amour, et si vous vous sentez prête à lui en donner, c’est déjà une excellente chose !

J’ai déjà un/des enfants, suis-je prête pour un autre ?

À l’unanimité, les professionnels interrogés estiment que la réflexion de base est la même que l’on ait déjà des enfants ou non. Maria, mère de 3 enfants, ajoute néanmoins que le plus grand changement s’opère du passage de 0 à 1 enfant, plutôt que lorsqu’on agrandit la famille. Les questionnements portent également sur l’organisation, l’aspect financier, bien souvent. Pourtant, le fait d’envisager un autre enfant peut parfois effrayer un petit peu moins que lorsqu’on n’en n’a pas encore, car les parents en ayant déjà eu savent en quelque sorte à quoi s’attendre. Comme certains le disent souvent : « Quand il y a de la place pour deux, il y en a pour trois ! ». Cette phrase est à réfléchir, évidemment, selon la situation de chacun !


Angry boy

Lire aussi :
Mon enfant dit tout le temps non, comment faire ?

Tags:
Enfantsgrossesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
2
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – « L’Irak restera toujours avec moi dans m...
3
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
6
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
7
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement