Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Le jour où Don Bosco rêva des petits diables qui nous distraient pendant la messe

East News
Partager
Commenter

Ce songe de Saint Jean Bosco témoigne d'une approche très pragmatique dans la manière d’éduquer à la foi.

Don Bosco est un saint très aimé. Non seulement sa vie est un modèle pour tous, encore aujourd’hui, mais il aide aussi à comprendre l’importance de la dévotion à Marie auxiliatrice, de l’aimer comme notre Mère, de comprendre qu’elle prend soin de nous. Et il aide à comprendre l’importance de l’Eucharistie, d’avoir une âme pure. Sa méthode auprès des jeunes reste un exemple dans la manière d’éduquer à la foi .

C’est dans ses rêves que saint Jean Bosco a trouvé l’inspiration pour mettre en place sa pédagogie, toujours d’actualité dans notre monde. Au début il les racontait sans trop leur accorder d’importance, juste pour le bien spirituel des jeunes dont il s’occupait. Puis il s’est rendu compte que ses rêves commençaient à se réaliser et devenaient des « songes » prémonitoires.  Ses Mémoires biographiques rapportent pas moins de 159 « songes prophétiques » portant sur tant de sujets différents, mais tous liés au salut des âmes et à la vie de l’Eglise.

Parmi les 71 rêves sélectionnés et commentés par un expert salésien des œuvres de don Bosco, dans l’ouvrage  I sogni di Don Bosco , il y en a un, par exemple, qui peut interpeler le fidèle qui se demande pourquoi il lui arrive parfois d’être trop distrait  pendant la messe. Nous sommes le 28 novembre 1861, voici le rêve que rapporte le saint aux jeunes de son Oratoire :

« J’ai rêvé que nous étions tous réunis à l’église et que la messe commençait. Tant de petits hommes vêtus de rouge et avec des cornes, sont alors entrés. Des petits diables venus distraire les jeunes pendant qu’ils priaient. A certains ils présentaient des articles sportifs, à d’autres un livre, à d’autres encore, une assiette pleine de sucreries, ou une armoire au fond de laquelle se trouvait un bon goûter. A certains ils faisaient remonter dans leurs têtes le souvenir de chez eux, de leur quartier, à d’autres les détails du dernier match. Chaque jeune avait un petit diable qui essayait de le distraire des prières qu’il était en train de réciter. Plusieurs d’entre eux avaient grimpé sur le corps de certains et, lentement, se sont mis à les caresser, à lisser leurs cheveux. Puis est arrivé le moment de l’élévation de l’hostie, et au son de la clochette, les jeunes se sont agenouillés. Tous les petits diables ont alors disparu, à l’exception de ceux qui étaient sur les cous. Ils sont restés, le dos tourné à l’autel. Après l’élévation de l’hostie, les petits diables sont revenus et ont recommencé leu petit manège, essayant d’empêcher les enfants de se concentrer sur leurs prières, cherchant à les distraire. Je pense que l’explication de ce rêve c’est que les petits diables représentent les distractions qui nous assaillent quand nous prions. Si nous prions sans penser à ce que nous disons, ni à la personne avec laquelle nous parlons, ni à ce que nous demandons, alors la prière perd une bonne partie de sa valeur et de sa force. Ceux qui ont un petit diable sur le cou sont ceux qui se trouvent en condition de péché mortel et ne veulent pas le quitter. Le diable ne s’en va pas parce qu’ils lui appartiennent et, ces jeunes-là ont beaucoup plus de mal à prier que les autres ».

Ô Don Bosco, intercède pour nous auprès de Jésus, aide-nous à vaincre nos passions et à nous éloigner des occasions de péché, à valoriser la pureté de l’âme, à aimer notre Sainte Mère l’Eglise, Jésus et ses sacrements, Marie auxiliatrice, le bon saint Joseph et le Pape.

Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]