Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quel est le secret du succès de Roger Federer ?

Partager

Dimanche, Roger Federer, 36 ans, s’est adjugé à Melbourne le vingtième trophée du Grand Chelem de sa carrière en remportant l'Open d'Australie. Un record vertigineux qui doit probablement beaucoup à un choix du champion suisse.

« C’est un rêve, le conte de fée continue. Après l’année que j’ai eue la saison dernière, c’est incroyable ! », a déclaré dimanche le Suisse à l’issue de sa belle finale gagnée en cinq sets contre le Croate Marin Cilic. « Vous qui êtes dans ce stade, c’est grâce à vous que je continue à m’entraîner. Merci pour tout. Et à vous, mon équipe, je vous aime », a-t-il glissé avant de s’interrompre, la voix brisée par l’émotion.

Son équipe, c’est sans doute ce qui permet à Roger Federer de briller sur les terrains du monde entier avec une belle longévité. Aucun autre joueur du circuit ATP ne parcourt le monde autant que lui. Dans chaque tournoi qu’il dispute, il est toujours entouré d’une quinzaine de personnes : sa femme, ses quatre enfants et une dizaine de salariés.

La famille, le secret de Federer ?

La famille à ses côtés, voilà probablement le secret de fabrication du Suisse. Il s’était d’ailleurs livré à l’été 2017 à ce sujet dans le magazine espagnol XLSemenal : « Pour moi, l’organisation est essentielle. Par exemple à Wimbledon, nous louons plusieurs maisons ainsi ma famille dort sous le même toit. Il arrive aussi que nous dormions tous les six dans la même chambre ! »

Le grand champion ne nie pas que cette proximité peut nuire à sa préparation, mais il assume. En 2011, à la veille de la finale du tournoi de Paris-Bercy il avait ainsi passé une nuit agitée. « Je ne me sentais pas au top. Les enfants (ses jumelles avaient alors quelques mois, ndlr.) dormaient dans notre chambre et ils ne se sentaient pas bien. » Une de ses filles vomissait et c’était impossible qu’elle s’endorme.« Mirka (son épouse, ndlr) m’a alors dit qu’elle la prenait au lit avec nous. Je lui ai dit : je joue la finale demain ! Et qu’est-ce que tu veux que je fasse m’a répondu Mirka. Bon, on a dormi comme on a pu et j’ai gagné la finale le lendemain ! » se souvient le champion.

Cette vie de père, Roger Federer la raconte sans détours. Et de se confier sur son apprentissage de « père » après la naissance de ses premiers enfants, récit dans lequel de nombreux parents se reconnaitront : « Je changeais les langes, je les baignais, je m’occupais la nuit, en réalité j’ai très peu de souvenirs sur les courts entre 2010 et 2011. Mes filles me prenaient tous mes pensées. A la fin j’ai dû me calmer car j’avais des douleurs au dos et j’étais très fatigué. Maintenant je vais marcher avec elles, je parle de beaucoup de choses, on va au musée, on fait des barbecues… »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]