Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Comment aimer sans dépendre de l’autre ?

TROSKA O RELACJĘ
Evgenij Yulkin/Stocksy United
Partager

Les troubles de la dépendance émotionnelle sont récurrents et ils génèrent beaucoup de souffrance pour les personnes qui en pâtissent. Comment aimer sans devenir une victime ?

Les troubles les plus fréquents de la dépendance émotionnelle sont les suivants : faible estime de soi ; peur de l’abandon, de la solitude, d’être soi-même et d’être libre ; sexualité réprimée et soumission dans les relations sexuelles ; acceptation de l’abus et de la maltraitance comme étant quelque chose de normal ; difficulté à prendre des décisions ; angoisse, colère, dépression, sentiment écrasant de culpabilité ; besoin excessif d’obtenir l’approbation ; incapacité de prendre en charge sa vie ; négation de la réalité ; boulimie ; complexes ; et sentiment d’insatisfaction permanente. La liste est longue et fait peur.

La dépendance affecte la personne dépendante, étant donné qu’elle génère une relation toxique, mais elle affecte également la personne qui choisit un conjoint dépendant et qui en a besoin pour remplir son propre vide. Ces relations peuvent devenir très destructrices. Dans ce cas, elles sont formées de deux dépendants émotionnels : l’un est dépendant dominant, souvent narcissique et incapable de donner de l’amour, peut-être parce qu’il a subi une déception marquante et qu’il en a conclu qu’il n’est pas prudent d’aimer ; l’autre est dépendant soumis, il a reçu un amour ambivalent, c’est-à-dire des manifestations extrêmes d’amour alternées avec des disputes et des insultes, et il en a conclu qu’il devait se comporter de manière à satisfaire son conjoint plutôt que d’être lui-même.

Aimer sans dépendance ne signifie pas qu’il faut aimer moins ou construire une relation instable. Aimer et être aimé est un désir naturel et un besoin pour chaque être humain. Dès la naissance, on recherche instinctivement l’affection des autres et des émotions positives qui confirment que l’amour existe et qu’il est en nous et dans tout notre contexte familial et social.

Aimer sous-entend savoir donner sans limites, sans pour autant que l’un des conjoints ne devienne une victime. La nature même de l’être humain se réalise dans l’amour et le bonheur, quand celui-ci trouve une personne qui cherche à correspondre au vrai amour avec la même générosité. Cela ne signifie pas qu’on ne doit pas savoir aimer dans les moments de crise, de confusion, de désaccord, etc. Il convient simplement de veiller à ce que ces moments de crise ne se transforment pas en situations définitives. Si c’était le cas, il est recommandé de demander de l’aide pour sortir de cette situation dangereuse.

Comment apprendre à aimer sans être dépendant ?

La différence entre l’amour et la dépendance se manifeste de trois façons : l’obsession, le sentiment d’être hors de contrôle et l’inlassable reproduction de ces comportements, même en sachant qu’ils ont des conséquences physiques et psychologiques négatives.

La dépendance affective n’est pas de l’amour. Pour pouvoir aimer, il faut savoir vivre la relation de couple en surmontant la dépendance affective. Et pour cela, la première étape consiste à identifier et à reconnaître le problème.

Comment se libérer de la dépendance affective ?

  1. Faire preuve de prudence et d’observation avant de commencer une relation amoureuse avec une personne qui peut nous faire souffrir dû à une incompatibilité psychologique.
  2. Aimer de manière mature et consciente.
  3. Ne jamais oublier qu’être dans une relation amoureuse n’implique pas de perdre son identité.
  4. Éviter les relations puériles et égocentriques.
  5. S’efforcer de devenir la personne que nous aimerions être dans nos relations aux autres.
  6. Renforcer l’estime de soi pour éliminer la dépendance affective.
  7. Apprendre à être seul et à atteindre l’équilibre personnel.

Traitement professionnel de la dépendance émotionnelle

La dépendance émotionnelle commence quand une personne ressent un immense plaisir à être en compagnie d’une autre personne, et qu’elle cherche progressivement à passer le moins de temps possible sans elle. La dépendance provoque également le syndrome de sevrage, qui dans certains cas peut être déchirant quand il suit la rupture du couple ou l’éloignement forcé du conjoint.

La majorité des personnes dépendantes qui consultent un professionnel le font dans la phase de panique qui vient immédiatement avant l’abandon ou une fois qu’il a eu lieu. Le plus inquiétant est que le dépendant répète encore et encore le même scénario, et est même parfaitement conscient du moment où la relation va se terminer, moment qu’il redoute le plus.

Dans un premier temps, la thérapie consistera à soulager les symptômes de sevrage, la douleur du patient et, à plus long terme, à renforcer son estime de soi et à rééduquer les croyances erronées qu’il a de lui-même et des relations amoureuses. Selon l’expérience du psychologue Javier Fiz, la dépendance émotionnelle n’a pas de remède rapide ou total, mais on peut apprendre à vivre avec, à l’observer et à s’en libérer dans un processus très enrichissant.

Article réalisé en collaboration avec Javier Fiz Pérez, psychologue, professeur de psychologie à l’Université européenne de Rome, délégué au développement scientifique international et responsable du département de développement scientifique de l’Institut européen de psychologie positive (IEPP).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]