Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vous êtes maussade ? C’est peut-être à cause du manque de lumière

Shutterstock/Axel Bueckert
Partager

Bonne humeur, forme, énergie : les bienfaits de la lumière sur le moral sont évidents ! Alors, quand le soleil nous fait défaut, c'est le drame... Mais comment compenser ce manque de luminosité et rester de belle et joyeuse humeur toute la journée ?

Lorsque l’on sait que la lumière nous met de bonne humeur, et que depuis le 1er janvier, le déficit d’ensoleillement est de 50%, ce qui, au passage, fait de ce mois de janvier l’un des moins ensoleillés de ces dernières années, pas étonnant que l’on se sente un peu déprimé ou de mauvaise humeur ! Les plus démoralisés doivent être les Bordelais, avec seulement 18 heures de soleil depuis le début du mois, selon la Chaîne Météo. Sans compter qu’en plus de ce manque de soleil, la France affiche dans certaines régions des records de pluviométrie. Comment faire pour compenser ce manque de luminosité, et pour ne pas devenir une mégère mal aimable, ou un ours mal léché ?

La lumière pénètre dans l’organisme via des cellules de l’œil qui, reliées au cerveau, envoient l’information jour ou nuit à notre horloge biologique interne, une petite zone cérébrale située près de l’hypothalamus. Ainsi calée sur un cycle de 24 heures, l’horloge biologique donne le tempo au corps en lui envoyant différents signaux et en sécrétant différentes hormones selon si on est le jour ou la nuit. Le manque de luminosité brouille les pistes, la mécanique de notre horloge interne est perturbée par l’obscurité quasi continuelle, et elle ne produit pas en quantité suffisante les hormones nécessaires à la bonne humeur et à l’énergie.

Sortir, de préférence le matin

C’est le matin que la lumière est la plus énergique. Et même si le ciel est couvert, il donne une luminosité d’environ 1 500 lux (unité de mesure de l’éclairement lumineux), ce qui a un impact sur le moral. Alors trouvez des moyens pour prendre l’air : aller à pied au travail, ou à la boulangerie, sortir pour la pause déjeuner, se promener en forêt…

Lampes halogènes et luminothérapie

En se réfléchissant sur des murs clairs, la lumière blanche des lampes halogènes favorise la resynchronisation des rythmes de l’organisme, et peut donc aider, à raison de 3 heures par jour, à redonner le moral.

Autre choix, à faire valider par un médecin : faire une cure de luminothérapie. Cela consiste à s’exposer chaque matin devant un appareil bénéficiant de lampes spécifiques de 10.000 lux, entre 10 et 30 minutes, pendant lesquelles vous pouvez lire, prendre votre petit-déjeuner ou vous maquillez, et ce durant deux à trois semaines. La cure agit comme un synchroniseur des horloges biologiques, qui a pour résultat forme et bien-être.

Ouvrir les yeux à la même heure le matin

Voir la lumière du jour tôt le matin active la sécrétion de cortisol, une hormone indispensable à la forme. Le simple fait d’ouvrir les yeux toujours à la même heure permet de profiter au maximum de cette hormone, pré-programmée par notre horloge interne.

Bien dormir

Qui dort bien est de meilleure humeur ! Lorsque les yeux perçoivent l’obscurité, le cerveau se met à fabriquer des hormones nocturnes, telle la mélatonine, qui favorise le sommeil. Mais des difficultés d’endormissement peuvent venir d’une exposition trop tardive à des lumières artificielles comme les halogènes, ou celles qui ont une composante bleue comme la plupart des écrans. Une heure avant de vous coucher, éteignez ordinateurs, téléviseurs et tablettes : ils sont éclairés par des diodes (Led) qui émettent une lumière stimulante ressemblant à celle du jour. Éteignez les lampes l’une après l’autre pour que l’ambiance lumineuse baisse doucement. Et bien entendu, ayez une activité physique régulière.

Pas de grasses matinées le week-end

Oui, il faut dormir, mais se réveiller à heure fixe. Le sommeil du matin tend à dérégler l’horloge biologique, et de fait, la sécrétion de cortisol. C’est pour cette raison que l’on est souvent fatigué après avoir “trop” dormi…

Quoi de mieux que la chaleur humaine ?

Enfin, si on ne peut compter ni sur la météo, ni sur les hormones, pour augmenter les volumes de lumière et de chaleur pourtant indispensables à notre organisme, il reste une solution : organiser des moments chaleureux, dans des endroits chaleureux, avec des gens chaleureux, pour compenser les thermomètres en berne et retrouver sa bonne humeur !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.