Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Saint Patern de Vannes
Aleteia logo
Perles du Web
separateurCreated with Sketch.

Ruée sur le Nutella en promotion dans des grandes surfaces

NUTELLA JAR

JENS KALAENE I DPA

Des pots de Nutella sur une étagère dans un supermarché. Photo:†JENS†KALAENE/dpa

Vianney de Villaret - publié le 25/01/18

La gourmandise, un vilain défaut ? Une opération marketing très médiatisée ces dernières heures nous permet de nous rafraîchir la mémoire.

Depuis plusieurs jours une offre promotionnelle circule sur les réseaux sociaux : “-70% de remise immédiate, uniquement du 25 au 27 janvier” sur votre pot de Nutella de 950 grammes. Une annonce qui a provoquée ce jeudi 25 janvier des scènes d’émeutes dans les magasins d’une grande enseigne hexagonale. Près de Saint-Etienne des centaines de pots ont été liquidés en un quart d’heure : « Ça se battait. On a vendu ce qu’on vend en trois mois. Sur les tapis des caisses, il n’y avait que du Nutella » raconte une salariée au quotidien Le Progrès.


TONY CHAPRON

Lire aussi :
Pourquoi Tony Chapron, l’arbitre qui est la risée des réseaux sociaux, nous ressemble ?

Le spectacle offert sur les réseaux sociaux met mal à l’aise. Mais bon nombre de consommateurs, et jusqu’aux lecteurs d’Aleteia, reconnaitront volontiers un faible pour cette pâte à tartiner. Un faible qui a toutes les apparences de la gourmandise…  S’il faut bien relire ce passage de l’Evangile selon saint Matthieu pour l’apprécier, le Christ était lui même décrit par des hommes de son temps comme « un glouton et un ivrogne » (Mt 11, 19). Nous pouvons donc entamer notre pot de Nutella !

Toutefois, le Saint-Curé d’Ars nous rattrape et nous aiguille sur ce sujet : « est-ce que quand nous aimons ce qui est bon, nous pêchons par gourmandise ? Non, nous sommes gourmands lorsque nous prenons de la nourriture avec excès : plus qu’il n’en faut pour soutenir notre corps ». C’est donc peut-être le moment de reposer le pot de Nutella que vous venez d’arracher à votre voisin.

https://twitter.com/Steevens_sch/status/956450117007048704

Le Père Pierre-Marie Castaignos de l’Abbaye d’Ourscamp complète sur son blog avec cette explication: “Il n’est pas interdit d’apprécier les bonnes choses ! C’est lorsque c’est désordonné que cela devient mauvais”. Pour mieux discerner posons nous la question : “quelle place la nourriture occupe–t-elle dans mon esprit ?” et sommes nous encore libre, maître de nous même ?




Lire aussi :
De l’importance de la gourmandise pour les malades

Heureusement Saint Augustin lui même tente de relativiser : « Dans le manger et le boire, qui est celui, Seigneur, qui ne s’emporte pas quelque fois au-delà des bornes de la nécessité ? » (Confessions X, 31).

Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement