Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La soupe populaire, une invention vieille de 1 600 ans

SOUP SHELTER
Corinne Simon I Ciric
Partager

Non, la soupe populaire n'est pas une "invention" du XIXe siècle. Saint Basile Le Grand, ce géant de la charité, y avait déjà pensé au IVe siècle.

En cette période de grand froid et de crise économique, se multiplient les soupes populaires pour les personnes démunies et désespérées. Aujourd’hui, de nombreuses associations servent des soupes chaudes dans tant de villes et villages à travers le monde. Le terme « soupe populaire » a été popularisé après le krach 1929, quand elles ont évité à des millions de chômeurs de mourir de faim et de froid aux États-Unis et en Europe. Elles étaient ré-apparues à la fin du XIXe siècle dans les pays industrialisés. Ré-apparue, car contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces soupes populaires n’étaient pas les toutes premières.

Le Livre des merveilles, cet ouvrage dont vous entendrez souvent parler au fil de nos récits sur la vie de tant de saints, missionnaires, mystiques, géants de la charité, ou témoins méconnus, ayant tout quitté pour vivre en cœur à cœur avec Dieu, nous fait remonter au IVe siècle, en Cappadoce (Turquie) à un moment de grande famine, quand saint Basile de Césarée (329-379), choqué par l’égoïsme des riches qui regardaient sans rien faire, se mit à pied d’œuvre pour mettre son intelligence et ses ressources au service des affamés. Basile Le Grand, comme on l’appelle dès son vivant, est l’inventeur de la toute première soupe populaire, dont on peut dire que les Restos du cœur, l’Ordre de Malte et les compagnons d’Emmaüs sont aujourd’hui dans la droite ligne.

Une grande collecte de légumes

Qui est ce Basile ? C’est est un homme instruit, né dans une famille aisée. Alors qu’il pense à s’amuser et se faire une bonne position, Macrine, sa sœur, qui est chrétienne, souhaite de tout son cœur qu’il découvre Jésus. Une phrase du Christ Roi — « Chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait » — suffit à le décider de tout quitter et se mettre à son service. Alors Basile devient prêtre et imagine une conduite — une règle de vie encore en vigueur chez tous les moines d’Orient — pour être plus proche des nécessiteux. Ainsi, durant le terrible hiver 368, alors que les habitants de Césarée meurent de faim, il rassemble toutes les victimes et organise une grande collecte de légumes, les fait cuire dans des marmites et les distribue lui-même à tous.

Devenu évêque de la ville, il ne cessera de dénoncer les inégalités sociales, l’exploitation des pauvres par les riches, un engagement qui fera de lui l’un des précurseurs du christianisme social. Il développe les grands thèmes sociaux : égalité de tous devant Dieu, dignité de toute personne humaine, nécessité d’une redistribution des biens pour limiter la cupidité et l’enrichissement des uns, mettre fin à la misère des autres. Il prêche contre le luxe, l’avarice et l’usure. Parmi ses grandes réalisations sociales : la construction d’une véritable cité que le peuple appela Basiliade (la ville de Basile) avec des abris pour les étrangers et les hôtes de passage, un hospice de vieillards, un hôpital, et des logements pour les employés et les ouvriers.

Sainte soupe de Basile

En ces mois d’hiver, rien de mieux que de la bonne « soupe de saint Basile », version monastique, pour « réchauffer le corps, le cœur et l’âme ». Cette soupe fait partie des six « saintes soupes » nommées selon leur origine ou le saint ou la sainte qui les ont inspirées, et sont aujourd’hui abondamment consommées dans les monastères.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.