Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Carlos Payan : « L’unité ne veut pas dire uniformité »

CARLOS PAYAN
Stéphane OUZOUNOFF I CIRIC
Partager

À l'occasion du dernier jour de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, entretien avec Carlos Payan, pasteur évangélique et figure de proue du rapprochement entre catholiques et protestants.

Reconnu pour son charisme et son œuvre missionnaire au service de l’unité des chrétiens, Carlos Payan, pasteur protestant évangélique, sillonne la France depuis 25 ans. Il sera l’invité du Forum des jeunes de la communauté de l’Emmanuel, le 17 février prochain à Paray-Le-Monial. Pour Aleteia, le fondateur de « Paris Tout Est Possible » renouvelle auprès des chrétiens son invitation à s’unir au nom de l’amour de Jésus.

Aleteia : L’unité des chrétiens n’est-elle pas illusoire ?
Carlos Payan : L’unité se trouve avant tout dans le désir de Jésus. Juste avant de mourir Il va s’adresser à ses disciples et dire : « Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi  » (Jn 14, 11). Il ne fait donc plus qu’un. Avec la Pentecôte qui marque la venue de l’Esprit saint sur les apôtres, ils étaient un seul cœur, une seule âme. Mais jamais il n’a été marqué qu’il était une seule théologie. L’unité ne veut pas dire uniformité. Protestants ou catholiques, notre but est de travailler tous ensemble pour notre unité. Nous n’avons pas vocation à régler les problèmes des Églises, notre dénominateur commun c’est Jésus. « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître, » indique l’Évangile de Jean (Jn 15, 15), nous sommes le rassemblement des amis du Christ. C’est Jésus qui nous choisit, il ne demande pas notre avis. On est différent mais on a un même Père, un même Sauveur, on travaille ensemble pour l’évangélisation. Et ce travail vient embellir notre vie spirituelle. Il ne détourne personne de ses engagements spirituels, ce n’est pas une chapelle ou un temple. Notre association, Paris Tout Est Possible, qui rassemble des chrétiens venus de différentes Eglises est un lieu où chacun est accueilli. À ceux qui viennent, on ne leur demande rien. Le public vient de partout et revient surtout d’où il vient.

Vous étiez farouchement anti catholique lors de votre conversion, quel chemin avez-vous parcouru ?
Je n’ai pas été éduqué dans la foi. Je suis fils républicain espagnol et les catholiques n’étaient pas forcément bien vu par rapport à leurs liens avec le régime franquiste. Lors de ma conversion je suis devenu évangéliste après les avoir rencontrés dans la rue. Dans mon église ils étaient très anti catholiques. Un jour le Seigneur m’a dit : « Je vais t’envoyer chez les catholiques ». À partir de ce moment j’ai découvert quelque chose de beaucoup plus grand. Par la suite, j’ai rencontré l’abbé Guy Lepoutre. On a fait exactement le même cheminement tous les deux. Lui aussi était aussi très anti protestants. J’ai pris l’engagement avec mon épouse d’aimer tous les catholiques tels qu’ils sont. Lorsqu’on sème de l’amour on récolte l’amour, alors que lorsque l’on sème de la haine on récolte la division. L’unité s’est proposé à moi et j’ai dit oui. C’est comme si je découvrais sur ma voiture qu’il n’y avait pas que trois vitesses, mais aussi la quatrième, la cinquième, le GPS ou l’airbag. Et je dois vous l’avouer, quand on a gouté à l’unité on ne veut pas revenir en arrière. On s’aperçoit qu’on est de la même famille.

Quelle est la place de votre mouvement dans l’Église ? 
« Paris tout est possible » est une association de chrétiens qui travaille sous le slogan « unité, onction et guérison ». Si je dois développer, je dirai « unité » entre protestants évangéliques et catholiques qui amène la douceur de l’onction et qui découle sur la guérison. Nous sommes également une école de formation où les intervenants, que ce soit des prêtres, des pasteurs ou des laïcs, enseignent sur la guérison dans tous les sens du terme :  de l’esprit de l’âme, nos comportements et la guérison du corps physique. Le but est de se réconcilier avec Dieu, avec soi-même et avec son corps. Tout au long de l’année, on tient des rendez-vous bimensuels à Paris avec un public au trois quarts catholique. Tous les ans, nous organisons également une grande conférence qui rassemble plus de 1.500 personnes, et un concert intitulé « Paris chante ». C’est un nom qui se décline selon les années, Paris peut chanter : la miséricorde, la grâce… Notre principe c’est qu’on ne fait pas mieux que les autres mais on le fait tous ensemble.

Quelle est la spécificité de « Paris tout est possible » ? 
Déjà, on n’oblige personne à devenir comme nous. Notre but c’est d’aider à vous approcher de Jésus et que vous soyez moins pécheurs. C’est l’objectif de tout chrétien, s’approcher les uns les autres du Seigneur. On ne veut pas faire un mélange de tout, on souhaite travailler dans l’unité sur le chemin de la guérison, moins revendiquer nos théologies et nos différences mais revendiquer avant tout Jésus. Parce que Jésus est l’amour de nos vies. On ne peut pas ne pas aimer ce qu’il aime et, Lui, Il nous aime. On est tous différents et donc très complémentaires. S’aimer n’a jamais fait de tort à personne, on a pas à craindre de l’amour.

Propos recueillis par Nicolas Boutin. 

Tags:
prière
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.