Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Garde suisse recrute !

Partager

L'institution séculaire a réalisé un film pour inciter de jeunes Suisses à intégrer "la plus ancienne et la plus petite armée du monde". 

« Si tu veux entrer dans l’histoire… », pour intégrer « une école de vie unique en son genre », avec la « volonté absolue » de servir le pape et l’Église : dans son dernier film institutionnel, la Garde suisse multiplie les formules audacieuses pour inciter les jeunes à s’enrôler dans la prestigieuse institution. La vidéo, qui dure 11 minutes met en avant la vie des jeunes hommes qui veillent sur le pape 24H sur 24, 365 jours par an.

Rappelons que la Garde suisse et ses 110 soldats veille à la sécurité et à la protection du Pape au sein du Vatican. Sa mission est également de surveiller les évènements et de contrôler l’accès au Vatican. Être garde suisse exige des critères très strictes : être catholique-romain pratiquant, être suisse, célibataire, avoir une santé irréprochable, avoir entre 19 et 30 ans et mesurer plus d’1,74 mètre. Mais pourquoi les soldats qui veillent sur le Pape sont-ils suisses ? En 1506, cette armée a été mise en place pour répondre à l’appel du pape Jules II. Les mercenaires suisses étaient alors réputés comme invincibles en Europe.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]